Depuis janvier 2020 une épidémie de Coronavirus COVID-19 s’est propagée dans le monde. Retrouvez sur cette page les communications d'UNIMEV ainsi que les ressources et outils mis à la disposition de ses adhérents.

ACTUALITÉ

29 juillet 2021 – Décret n° 2021-987 du 28 juillet 2021 prorogeant la durée d’application du décret n° 2020-418 du 10 avril 2020 et du décret n° 2020-629 du 25 mai 2020
Ce décret proroge jusqu’au 30 septembre 2021 la durée d’application du décret n° 2020-418 du 10 avril 2020 adaptant les règles de réunion et de délibération des assemblées et organes dirigeants des personnes morales et entités dépourvues de personnalité morale de droit privé en raison de l’épidémie de covid-19.

27 juillet 2021 – MEDEF – Décryptage projet de loi relatif à la gestion de la crise sanitaire avant décision du Conseil constitutionnel attendue le 5 août 2021

26 juillet 2021 – Projet de loi relatif à la gestion de la crise sanitaire – Texte nº 4416, adopté par la Commission mixte paritaire du Parlement
Ce texte a été mis en ligne le 25 juillet – Le Conseil constitutionnel rendra sa décision le 5 août – Sa date d’entrée en vigueur a été fixée par le Gouvernement au 9 août 2021.

Extension du pass aux restaurants, cafés, transports longue distance et EHPAD – La présentation d’un pass sanitaire est déjà obligatoire pour les plus de plus de 18 ans qui souhaitent accéder aux « activités culturelles, sportives, ludiques ou festives » ainsi qu’aux « foires ou salons professionnels » accueillis dans les ERP spécifiés rassemblant plus de 50 personnes.

A partir du mois d’août, le pass sanitaire sera étendu aux cafés, restaurants, aux moyens de transports (avions, trains, cars) qui réalisent de longs trajets, ainsi qu’aux établissements médicaux et médico-sociaux sauf urgence. Contrairement à ce que prévoyait initialement le texte, les centres commerciaux ne seront finalement pas concernés par l’extension du pass sanitaire, mais les préfets pourront choisir de le faire appliquer ou non. Selon l’accord trouvé entre les députés et les sénateurs, les 12-17 ans sont dispensés de pass sanitaire jusqu’au 30 septembre.

Sanction en cas de défaut de contrôle – Les organisateurs et exploitants de sites qui ne contrôleront pas le pass sanitaire pourront être mis en demeure par l’autorité administrative qui leur fixera un délai de 24 heures ouvrées maximum pour se mettre en conformité. Si la mise en demeure est infructueuse, l’exploitant risquera une fermeture administrative de 7 jours maximum. Le 4e manquement au cours d’une période de 45 jours sera puni d’1 an d’emprisonnement et de 9 000 € d’amende.

Salariés des secteurs concernés par cette extension à compter du 30 août – Les salariés des secteurs concernés par cette extension du pass devront présenter un pass sanitaire à leur employeur. A partir du 30 août, un salarié qui n’est ni vacciné ni en mesure de présenter un test antigénique négatif ou un certificat de rétablissement pourra être suspendu, sans salaire. Si la situation perdure plus de 3 jours, la personne sera convoquée pour un entretien afin d’examiner « les moyens de régulariser sa situation, notamment les possibilités d’affectation » sur un poste non soumis à l’obligation du pass.

Obligation vaccinale pour les soignants à compter du 15 septembre – Le projet de loi rend obligatoire la vaccination des personnels des hôpitaux, cliniques, Ehpad et maisons de retraite, des sapeurs-pompiers, de certains militaires, ainsi que des professionnels et bénévoles auprès des personnes âgées, y compris à domicile, à compter du 15 septembre. Avant cette date, les professionnels concernés peuvent se contenter de présenter des tests négatifs pour continuer à exercer. S’ils n’ont reçu qu’une seule dose de vaccin à la date du 15 septembre, ils pourront également continuer à présenter leurs résultats de test jusqu’à l’injection de leur deuxième dose. Des exemptions seront possibles pour les personnes qui justifient d’une contre-indication médicale à la vaccination. Les professionnels qui refusent la vaccination ne pourront plus exercer et verront leur salaire suspendu.

Facilitation de la vaccination pour les salariés et les mineurs – Afin de faciliter la vaccination, le texte contraint les employeurs d’accorder une autorisation d’absence aux salariés qui doivent se rendre à leurs rendez-vous de vaccination. Pour les mineurs de moins de 16 ans, l’autorisation d’un seul parent sera désormais nécessaire, tandis que les 16-18 ans pourront décider eux-mêmes de se faire vacciner ou non. En cas de dégradation d’un centre de vaccination, les peines seront par ailleurs alourdies.

Fin de période transitoire fixée au 15 novembre 2021 – La prolongation du régime transitoire de sortie de l’état d’urgence sanitaire court jusqu’au 15 novembre prochain, et non jusqu’au 31 décembre comme le souhaitait l’exécutif. Pour continuer à s’appliquer au-delà de la mi-novembre, le texte devra donc faire l’objet d’un nouveau vote par le Parlement.

L’état d’urgence sanitaire est par ailleurs prorogé jusqu’au 30 septembre à La Réunion et en Martinique, où un couvre-feu a été mis en place. La Guadeloupe, Saint-Barthélemy et Saint-Martin seront sous état d’urgence également, dès le lendemain de la promulgation de la loi.

23 juillet 2021 – UNIMEV – Pass sanitaire – FAQ sur la réglementation en vigueur au 23 juillet 2021

20 juillet 2021 – Projet de loi relatif à la gestion de la crise sanitaire

20 juillet 2021 – CONSEIL D’ETAT – Avis consultatif sur l’avant-projet de loi relatif à la gestion de la crise sanitaire

20 juillet 2021 – Décret n° 2021-955 du 19 juillet 2021 modifiant le décret n° 2021-699 du 1er juin 2021 prescrivant les mesures générales nécessaires à la gestion de la sortie de crise sanitaire
Le décret du 19 juillet 2021 impose le pass sanitaire à partir de 50 personnes pour les foires, salons, congrès accueillis dans les ERP.

20 juillet 2021 – UNIMEV – Flash Info – Abaissement à 50 personnes du seuil d’exigence du pass sanitaire

16 juillet 2021 – Arrêté du 9 juillet 2021 modifiant l’arrêté du 1er juin 2021 prescrivant les mesures générales nécessaires à la gestion de la sortie de crise sanitaire
Autotests
L’arrêté du 9 juillet 2021, fait évoluer la doctrine relative aux autotests COVID. Il autorise l’utilisation des autotests à partir de 3 ans. Les personnes réalisant ces autotests doivent être asymptomatiques.

Il est désormais possible pour un certain nombre de structures, au nombre desquelles les ERP de type T et L (liste en annexe de l’arrêté), d’acheter des autotests et de les faire sous supervision d’une personne préalablement formée. Ces autotests sont à usage interne à la structure et l’acte doit être réalisé avec l’accompagnement d’une personne préalablement formée selon les modalités précisées par l’arrêté du 8 juillet 2021 afin d’assurer la qualité et sécurité de ce dernier.

Les officines sont autorisées à vendre des autotests aux entreprises de moins de 50 salariés et dans la limite de cinq autotests par salarié et par mois.

16 juillet 2021 – Arrêté du 8 juillet 2021 modifiant l’arrêté du 1er juin 2021 prescrivant les mesures générales nécessaires à la gestion de la sortie de crise sanitaire
Tests antigéniques sur les lieux festifs
Un arrêté du 8 juillet 2021 fixe les modalités de recours aux tests antigéniques du Covid-19 proposés sur place par les discothèques et autres lieux festifs. Le représentant légal de l’événement peut organiser des dépistages individuels et installer un barnum à l’entrée, sous réserve de déclaration auprès du représentant de l’Etat dans son département ou du directeur général de l’agence régionale de santé.

Les pharmaciens et, sous leur responsabilité, les étudiants et préparateurs en pharmacie sont habilités à réaliser ces tests sur place. Cet arrêté indique que le pharmacien titulaire de la CPS doit être présent sur place pour valider les diagnostics et que les résultats doivent être renseignés sur la plateforme Si-DEP le jour même.

Les tests à l’entrée des discothèques sont pris en charge par l’assurance maladie dans les mêmes conditions que lorsqu’ils sont réalisés à l’officine. Les tests proposés sur le lieu des autres événements festifs tel que les festivals ou concerts sont à la charge des organisateurs ou des patients.

15 juillet 2021 – UNIMEV – Extension du pass sanitaire – Calendrier proposé par le Président de la République

13 juillet 2021 – PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE – Adresse aux français

9 juillet 2021 – Décret n° 2021-910 du 8 juillet 2021 modifiant le décret n° 2021-699 du 1er juin 2021 prescrivant les mesures générales nécessaires à la gestion de la sortie de crise sanitaire

Ce décret modifiant l’article 40 du décret du 1er juin 2021 relatif aux ERP de type N (restaurants) et O (hôtels) du décret du 1er juin 2021 n’impose plus que les personnes accueillies dans l’établissement aient une place assise.
La consommation debout est désormais autorisée dans les ERP accueillant du public pour une prestation de restauration. Les organisateurs d’événements peuvent proposer des cocktails debout en extérieur comme en intérieur.

9 juillet 2021 – Décret n° 2021-699 du 1er juin 2021 prescrivant les mesures générales nécessaires à la gestion de la sortie de crise sanitaire
Ce décret actualisé régulièrement est le texte de référence de la réglementation de sortie de la crise sanitaire. 

9 juillet 2021 – UNIMEV – Réglementation sanitaire nationale au 9 juillet 2021

30 juin 2021 – Décret n° 2021-850 du 29 juin 2021 modifiant le décret n° 2021-699 du 1er juin 2021 prescrivant les mesures générales nécessaires à la gestion de la sortie de crise sanitaire
Ce décret modifie certains articles du décret n° 2021-699 du 1er juin 2021, texte de référence de la réglementation sanitaire :

Voir – Article 39 – Les établissements à vocation commerciale destinés à des expositions, des foires-expositions ou des salons ayant un caractère temporaire, relevant du type T défini par le règlement pris en application de l’article R. 123-12 du code de la construction et de l’habitation, peuvent accueillir du public.

Voir – Article 45 – I.-Les salles de danse, relevant du type P défini par le règlement pris en application de l’article R. 123-12 du code de la construction et de l’habitation, ne peuvent accueillir de public.

II.- Les salles d’auditions, de conférences, de projection, de réunions, de spectacles ou à usages multiples, relevant du type L défini par le règlement pris en application de l’article R. 123-12 du code de la construction et de l’habitation, et les chapiteaux, tentes et structures, relevant du type CTS défini par ce même règlement, peuvent accueillir du public dans les conditions suivantes :
1° Les espaces permettant les regroupements sont aménagés dans des conditions permettant de garantir le respect de l’article 1er ;
2° Pour l’organisation de concerts accueillant du public debout, le nombre de spectateurs accueillis ne peut excéder 75 % de la capacité d’accueil de l’établissement.

III. – Sauf pour la pratique d’activités artistiques, les personnes de plus de onze ans accueillies dans les établissements mentionnés par le présent article portent un masque de protection. Cette obligation ne s’applique pas dans les espaces extérieurs de ces établissements lorsque leur aménagement ou les contrôles mis en place permettent de garantir en toute circonstance le respect des règles de distanciation mentionnées à l’article 1er et au présent article. La distanciation physique n’a pas à être observée pour la pratique des activités artistiques dont la nature même ne le permet pas.

17 juin 2021 – VIE PUBLIQUE.FR – Covid-19 : un certificat sanitaire européen en place au 1er juillet 2021

9 juin 2021 – GOUVERNEMENT – FAQ – Le Pass sanitaire pour les professionnels

9 juin 2021 – GOUVERNEMENT – Questions/réponses Pass sanitaire

9 juin 2021 – WEEZEVENT – Concert-test Accor Arena -– Retex de mise en œuvre du passe sanitaire
PPT de restitution du dispositif mis en place
Webinar de restitution du dispositif mis en place

9 juin 2021 – UNIMEV – Réglementation générale au 9 juin 2021

8 juin 2021 – Décret n° 2021-724 du 7 juin 2021 modifiant le décret n° 2021-699 du 1er juin 2021 prescrivant les mesures générales nécessaires à la gestion de la sortie de crise sanitaire
Ce décret détermine les conditions de mise en œuvre du passe sanitaire institué par la loi n° 2021-689 du 31 mai 2021.

3 juin 2021 – UNIMEV – Réglementation sanitaire nationale au 3 juin 2021

1er juin 2021 – Loi n° 2021-689 du 31 mai 2021 relative à la gestion de la sortie de crise sanitaire

1er juin 2021 – UNIMEV – Décryptage – Loi n° 2021-689 du 31 mai 2021 relative à la gestion de la sortie de crise sanitaire

1er juin 2021 – GOUVERNEMENT – Questions/Réponses Pass sanitaire

1er juin 2021 – GOUVERNEMENT – Guide d’utilisation du dispositif de contrôle sanitaire pour les organisateurs d’évènements

1er juin 2021 – FRANCE CONNECT – Attestation Vaccin – Assurance Maladie

28  mai 2021 – UNIMEV – Réglementation sanitaire issue du décret du 18 mai 2021 v.3

28 mai 2021 – UNIMEV – Calendrier de sortie de crise sanitaire – Tableau de synthèse v.3

24 mai 2021 – PREMIER MINISTRE – SERVICE COMMUNICATION – Liste des métiers prioritaires à la vaccination à partir du 24 mai 2021
Les salariés de l’évènementiel figurent dans la Liste diffusée par l’Hôtel Matignon des professionnels considérés comme plus exposés au virus.Décryptage projet de loi relatif à la gestion de la crise sanitaire avant décision du Conseil constitutionn

30 juin 2021 – MEDEF – Synthèse des dispositifs de soutien aux entreprises au 30 juin 2021

24 juin 2021 – MINISTÈRE DE L’ÉCONOMIE – Covid-19 : Quelles aides pour les entreprises dans les prochains mois ?

23 juin 2021 – GOUVERNEMENT – DP – Accompagnement des entreprises dans la sortie de crise

4 juin 2021 – PLR 2021 – Projet de loi de finances rectificative pour 2021, n° 4215 , déposé(e) le mercredi 2 juin 2021

4 juin 2021 – LEGIFISCAL – PLFR 2021 – Le report en arrière des déficits sur 3 ans

4 juin 2021 – DGFIP – Foire aux questions – Actions mises en œuvre par la DGFiP
Report d’échéances fiscales, remboursement accéléré de créance de report en arrière de déficits (carry-back), modulation du paiement des acomptes d’IS en fonction du résultat prévisionnel…

4 mai 2021 – MEDEF – Flash Info – Covid-19 – Point d’attention sur le plafond des aides – voir p.2
Les mesures d’exonération et d’aide au paiement URSSAF s’inscrivent dans le cadre de l’encadrement temporaire des mesures d’aide d’État visant à soutenir l’économie, adopté le 19 mars 2020 par la Commission européenne. Celle-ci a considéré notamment que le montant total des aides perçues par une entreprise sous forme de subventions directes, d’avances remboursables ou d’avantages fiscaux ne devait pas dépasser 800 000 €. La Commission européenne a modifié le 28 janvier 2021 les dispositions de l’encadrement temporaire en relevant le plafond de ces aides à 1,8 M€. Il s’agit donc d’un plafond spécifique, plus élevé que celui qui résulte du droit commun, dit de minimis (200 000 € sur 3 ans).

Afin de rappeler cette condition en droit interne parmi les modalités applicables aux dispositifs d’exonération et d’aide au paiement, les dispositions de l’encadrement temporaire ont été retranscrites dans la LFR 3 et la LFSS pour 2021, ainsi que dans leurs décrets d’application (décrets du 1er septembre 2020 et du 27 janvier 2021). En conséquence des modifications apportées par la Commission européenne le 28 janvier 2021, le décret du 12 avril 2021 a pris en compte le relèvement du plafond à 1,8 M€.

La DSS et la DGFIP ont précisé au MEDEF que :
– Pour la détermination du plafond d’aides limité à 1,8 M€ dans le cadre du régime temporaire Covid-19, doivent être prises en compte les aides du fonds de solidarité perçu ou demandé depuis le mois de mars 2020 et les exonérations de charges sociales et aides au paiement URSSAF liées à la crise de la Covid-19 déclarées en 2020 et 2021.
– Ne sont pas à prendre en compte pour la détermination du plafond les aides suivantes : le PGE, l’activité partielle, l’aide à la numérisation, les subventions des régions, la prise en charge des loyers ou autres subventions accordées par la région, l’aide financière exceptionnelle (AFE-COVID), le report des charges sociales…
– Le plafond du régime temporaire d’aide s’apprécie au niveau du groupe consolidé (holding et entités contrôlées) lorsque l’entreprise fait partie d’un groupe et non au niveau de chaque entreprise composant ce groupe, quand bien même les conditions relatives aux effectifs et à la perte de CA s’apprécient au niveau de l’entreprise pour l’éligibilité des exonérations de charges et aide au paiement URSSAF.

Afin de sécuriser l’application de cette exigence, ces informations devraient faire l’objet d’une mise à jour de l’instruction DSS du 5 mars 2021 et d’une communication de la part de la DGFIP.

4 mai 2021 – MINISTÈRE DE L’ÉCONOMIE – Mesures de soutien économiques 9 avril 2021

20 avril 2021 – COMMISSION UE 
– Communiqué de presse 19 mars 2021 – Aides d’État : la Commission adopte un encadrement temporaire pour permettre aux États membres de soutenir davantage l’économie face à la flambée de COVID-19
– Communiqué de presse 13 mars 02021 – COVID-19 : la Commission présente une réponse européenne coordonnée pour lutter contre l’impact économique du coronavirus
– Communiqué de presse 9 mars 2021 – Aides d’État : la Commission autorise un régime d’aides français de 2 milliards d’euros à l’appui des coûts fixes non couverts des entreprises touchées par la pandémie de coronavirus

16 avril 2021 – UNIMEV – Tableau récapitulatif des aides

15 avril 2021 – Décret n° 2021-430 du 12 avril 2021 relatif à la prolongation des mesures concernant les cotisations et contributions sociales des entreprises et travailleurs indépendants prévues par l’article 9 de la loi n° 2020-1576 du 14 décembre 2020 de financement de la sécurité sociale pour 2021
Le plafonnement des aides de minimis est porté à 1,8 M€.

Activité partielle

4 juin 2021 – Décret n° 2021-674 du 28 mai 2021 relatif à l’activité partielle et au dispositif spécifique d’activité partielle en cas de réduction d’activité durable

4 mai 2021 – MEDEF – Flash Info – Evolution de l’activité partielle au 30 avril 2021 – Tableau

4 mai 2021 – Décret n° 2021-509 du 28 avril 2021 relatif aux taux de l’allocation d’activité partielle
Le texte prolonge jusqu’au 31 mai 2021 les dispositions actuellement en vigueur relatives aux taux de l’allocation d’activité partielle. Il adapte également la liste des secteurs d’activité qui bénéficient d’un taux majoré d’allocation d’activité partielle mentionnés dans l’annexe 2 du décret n° 2020-810 du 29 juin 2020 modifié portant modulation temporaire du taux horaire de l’allocation d’activité partielle.

6 avril 2021 – Décret n° 2021-348 du 30 mars 2021 relatif aux taux de l’allocation d’activité partielle
Le texte prolonge jusqu’au 30 avril 2021 les dispositions actuellement en vigueur relatives aux taux de l’allocation d’activité partielle. Il adapte également la liste des secteurs d’activité qui bénéficient d’un taux majoré d’allocation d’activité partielle mentionnés dans l’annexe 2 du décret n° 2020-810 du 29 juin 2020 modifié portant modulation temporaire du taux horaire de l’allocation d’activité partielle.

1er mars 2021 – INFODOC EXPERTS – Poursuite de l’activité partielle au-delà de 12 mois – Que faut-il faire ?

1er mars 2021 – Décret n° 2021-221 du 26 février 2021 modifiant le décret n° 2020-1316 du 30 octobre 2020 relatif à l’activité partielle et au dispositif d’activité partielle spécifique en cas de réduction d’activité durable 
Ce décret diffère au 1er avril 2021 la baisse du taux de l’indemnité d’activité partielle versée au salarié à 60% de sa rémunération antérieure brute. Il diffère également au 1er juillet 2021 la réduction de la durée maximum de l’autorisation d’activité partielle.

19 février 2021 – MEDEF – Flash Info – Activité partielle : les ajustements actés et à venir pour faire face à la situation sanitaire

– Aide au paiement et exonération de charges sociales

5 mai 2021 – DIRECTION DE LA SÉCURITE SOCIALE – Instruction interministérielle n° DSS/5B/SAFSL/2021/53 du 5 mars 2021 relative aux modalités d’application des mesures concernant les cotisations et contributions sociales des entreprises, travailleurs indépendants et artistes-auteurs affectés par la crise sanitaire

4 mai 2021 – MEDEF – Flash Info – Covid-19 – Vers une prolongation des exonérations de charges et aide au paiement URSSAF en mars et avril 2021 – 30 avril 2021

20 avril 2021 – Instruction interministérielle N° DSS/5B/SAFSL/2021/53 du 5 mars 2021 relative aux modalités d’application des mesures concernant les cotisations et contributions sociales des entreprises, travailleurs indépendants et artistes-auteurs affectés par la crise sanitaire, prévues à l’article 65 de la loi n° 2020-935 du 30 juillet 2020 de finances rectificative pour 2020 et à l’article 9 de la loi n° 2020-1576 du 14 décembre 2020 de financement de la sécurité sociale pour 2021.
Cette instruction du 5 mars 2021, publiée début avril 2021, précise les modalités d’application des dispositifs d’exonération et d’aide au paiement des cotisations et contributions sociales applicables aux entreprises, travailleurs indépendants et artistes-auteurs affectés par la crise sanitaire.
Sur le plafonnement à 1,8 M€ du montant des dispositifs d’exonération et d’aide au paiement – voir p.23

 15 avril 2021 – Décret n° 2021-430 du 12 avril 2021 relatif à la prolongation des mesures concernant les cotisations et contributions sociales des entreprises et travailleurs indépendants prévues par l’article 9 de la loi n° 2020-1576 du 14 décembre 2020 de financement de la sécurité sociale pour 2021

Le plafonnement des aides de minimis est porté à 1,8 M€.
Le décret prolonge l’application des dispositifs d’exonération et d’aide au paiement des cotisations et contributions sociales, prévus par l’article 9 de la loi de financement de la sécurité sociale pour 2021 pour les employeurs et travailleurs indépendants relevant de certains secteurs dont l’activité est particulièrement affectée par la crise sanitaire, aux périodes d’emploi des mois de janvier et février 2021.

 

30 mars 2021 – Décret n° 2021-316 du 25 mars 2021 relatif aux dispositifs de plans d’apurement et de remises partielles des dettes de cotisations et contributions sociales constituées dans le cadre de la crise sanitaire
L’article 65 de la loi n° 2020-935 du 30 juillet 2020 de finances rectificative pour 2020 a mis en place des dispositifs exceptionnels de plans d’apurement et de remise partielle de dettes de cotisations et contributions sociales.

Le décret fixe les conditions auxquelles les organismes de recouvrement pourront proposer aux cotisants, employeurs et travailleurs indépendants, des plans d’apurement des passifs constitués pendant la crise sanitaire en incluant, le cas échéant, les dettes antérieures, et les modalités de conclusion de ces plans.
Il prévoit les cas dans lesquels un plan d’une durée identique à celle accordée par l’administration fiscale est accordé aux redevables également débiteurs de cotisations sociales.
Il définit les conditions dans lesquelles pourront être acceptées des demandes de remise partielle de dettes formulées par les employeurs de moins de 250 salariés ne bénéficiant pas des dispositifs d’exonération et d’aide au paiement et par les travailleurs indépendants y compris agricoles ne bénéficiant pas du dispositif de réduction des cotisations et contributions de sécurité sociale, lorsqu’ils ne sont pas en mesure de faire face aux échéances de leurs plans d’apurement et s’ils ont subi une baisse importante de leur chiffre d’affaires pendant la crise sanitaire.

Fonds de solidarité

30 juin 2021 – Décret n° 2021-840 du 29 juin 2021 relatif à l’adaptation au titre des mois de juin et juillet 2021 du fonds de solidarité à destination des entreprises particulièrement touchées par les conséquences de l’épidémie de covid-19 et des mesures prises pour limiter cette propagation
Le décret ajoute au décret du 30 mars 2020 relatif au fonds de solidarité un article 3-28 prévoyant le dispositif pour les mois de juin et juillet 2021. Celui-ci met notamment en place une extinction progressive du fonds permettant d’accompagner les entreprises en cette période de levée des mesures sanitaires.

Sont concernées par ce nouveau dispositif les entreprises ayant été créées avant le 31 janvier 2021, ayant bénéficié du fonds de solidarité au titre du mois d’avril ou de mai et appartenant à l’une des deux catégories ci-dessous :
– les entreprises qui continuent à subir une interdiction d’accueil du public et ont subi une perte de chiffre d’affaires d’au moins 20 %. Elles bénéficieront d’une aide mensuelle égale à 20 % du chiffre d’affaires de référence ;
– les entreprises ayant subi une perte de chiffre d’affaires d’au moins 10 % et appartenant aux secteurs S1 / S1bis / commerce de détail (…). Elles bénéficieront d’une subvention au titre des mois de juin et juillet égale à respectivement 40 % et 30% de la perte de chiffre d’affaires dans la limite de 20 % du chiffre d’affaires de référence.

Pour chaque période mensuelle considérée, l’aide versée est limitée à un plafond de 200 000 euros au niveau du groupe.

1er juin 2021 – MEDEF – Flash Info – Fonds de solidarité – Critères d’accès pour mai 2021

27 mai 2021 – Décret n° 2021-651 du 26 mai 2021 relatif à l’adaptation au titre du mois de mai 2021 du fonds de solidarité à destination des entreprises particulièrement touchées par les conséquences de l’épidémie de covid-19 et des mesures prises pour limiter cette propagation
Ce décret ajoute au décret du 30 mars 2020 relatif au fonds de solidarité un article 3-27 prévoyant le dispositif pour le mois de mai 2021. Celui-ci reconduit le régime prévu par l’article 3-26 pour le mois d’avril 2021.

12 mai 2021 – MEDEF – Flash Info – Fonds de solidarité : critères d’accès et montants pour février, mars et avril 2021

12 avril 2021 – Décret n° 2021-422 du 10 avril 2021 relatif à l’adaptation au titre du mois de mars 2021 du fonds de solidarité à destination des entreprises particulièrement touchées par les conséquences de l’épidémie de covid-19 et des mesures prises pour limiter cette propagation
Le décret crée un nouveau régime pour les entreprises interdites d’accueil du public durant une partie du mois de mars (aide plafonnée soit à 1 500 euros en cas de perte de chiffre d’affaires entre 20 et 50 % ; soit à 10 000 € ou égale à 20 % du chiffre d’affaires de référence en cas de perte de chiffre d’affaires supérieure à 50 %).

Une nouveauté par rapport au régime mis en place pour le mois de février : le texte gèle le choix de la référence de chiffre d’affaires en fonction du choix réalisé par les entreprises au titre du mois de février 2021. 

–  Prise en charges des coûts fixes

18 juin 2021 – GOUVERNEMENT – Foire aux Questions (FAQ) : aide dite « coûts fixes » instituée par le décret n°2021-310 du 24 mars 2021

25 mai 2021 – MEDEF – Compensation des coûts fixes : évolutions apportées par le décret du 20 mai 2021
Le décret n° 2021-625 du 20 mai 2021 vient modifier le décret n° 2021-310 du 24 mars 2021 instituant une aide visant à compenser les coûts fixes non couverts des entreprises dont l’activité est particulièrement affectée par l’épidémie de covid-19. Il crée notamment deux nouveaux régimes : l’aide coûts fixes saisonnalité et l’aide coûts fixes « groupe ».

25 mai 2021 – MEDEF – Compensation des coûts fixes : décryptage des critères d’accès et montants

21 mai 2021 – Décret n° 2021-625 du 20 mai 2021 modifiant le décret n° 2021-310 du 24 mars 2021 instituant une aide visant à compenser les coûts fixes non couverts des entreprises dont l’activité est particulièrement affectée par l’épidémie de covid-19 et instituant une aide « coûts fixes » saisonnalité et une aide « coûts fixes » groupe

28 avril 2021 – MINISTÈRE DE L’ECONOMIE – Compensation des coûts fixes des entreprises – Détail complet de l’aide mis à jour le 14 avril 2021

26 mars 2021 – MINISTÈRE DE L’ÉCONOMIE – Compensation des coûts fixes – FAQ et fiche de calcul

2 avril 2021 – MEDEF – Flash Info 31 mars 2021 – Quelles dispositifs de soutien pour quelles entreprises ?

25 mars 2021 – Décret n° 2021-310 du 24 mars 2021 instituant une aide visant à compenser les coûts fixes non couverts des entreprises dont l’activité est particulièrement affectée par l’épidémie de covid-1
Une aide complémentaire au fonds de solidarité est créée pour compenser le poids des charges fixes des entreprises de taille moyenne. Elle est ouverte, dans l’événementiel, aux entreprises des secteurs S1 et S1bis ayant déjà bénéficié de l’aide du Fonds de solidarité, réalisant plus de 1 million d’euros de chiffre d’affaires mensuel et ayant enregistré une perte de CA plus de 50%Elle peut couvrir, dans la limite de 10 millions d’euros, 70 % des charges fixes non couvertes par les contributions aux recettes déjà versées.
voir – UNIMEV – Tableau de synthèse du texte du décret
voir – ADVIZEM – Tutto Rapido – Tuto de rappel sur les SIG et la notion d’EBE

Aides de trésorerie

30 juin 2021 – Décret n° 2021-839 du 29 juin 2021 modifiant le dispositif d’aides ad hoc au soutien de la trésorerie des entreprises fragilisées par la crise du covid-19
Ce décret proroge le dispositif d’avances remboursables et de prêts à taux bonifiés mis en place au bénéfice des petites et moyennes entreprises ainsi que des entreprises de taille intermédiaire fragilisées par la crise, et n’ayant pas trouvé de solutions de financement suffisantes auprès de leur partenaire bancaire ou de financeurs privés. La société anonyme Bpifrance SA est chargée de la gestion opérationnelle de ces aides.

Prêts participatifs Relance
28 avril 2021 – LE FIGARO.FR 26 avril 2021 – L’État débloque 11 milliards d’euros de prêts participatifs pour accélérer la relance

16 mars 2021 – MINISTÈRE DE L’ÉCONOMIE – Prêts participatifs Relance – CP 4 mars 2021 – Bruno Le Maire a présenté les prêts participatifs Relance et les obligations Relance pour soutenir l’investissement des PME et ETI françaises

16 mars 2021 – MINISTÈRE DE L’ÉCONOMIE – Prêts participatifs Relance – Dossier de presse 4 mars 2021 – Renforcer le bilan des entreprises pour la relance : présentation des prêts participatifs Relance et des obligations Relance

Prêts garantis par l’Etat – PGE

21 janvier 2021 – UNIMEV – PGE – Pas de remboursement avant 2 ans

18 janvier 2021 – MINISTÈRE DE L’ÉCONOMIE – Prêt garanti par l’État : aucun
remboursement pendant 2 ans

Les entreprises vont avoir un délai supplémentaire de 1 an avant de commencer à rembourser un prêt garanti par l’État, ce qui portera à 2 ans le délai pendant lequel aucun remboursement ne peut leur être demandé.

 8 janvier 2021 – Décret no 2020-1653 du 23 décembre 2020 modifiant le dispositif d’aides ad hoc au soutien de la trésorerie des entreprises fragilisées par la crise de la covid-19

Le décret modifie les conditions d’application du dispositif d’avances remboursables et de prêts à taux bonifiés mis en place au bénéfice des PME ainsi que des ETI fragilisées par la crise, et n’ayant pas trouvé de solutions de financement suffisantes auprès de leur partenaire bancaire ou de financeurs privés

4 mai 2021 – Communiqué de presse 30 avril 2021 – L’événementiel professionnel salue l’annonce du calendrier de réouverture mais reste vigilant sur sa mise en œuvre

18 janvier 2021 – Flash info – L’événementiel enfin identifié et soutenu ! 

8 octobre 2020 – Communiqué de presse – De nouvelles aides ont été obtenues pour la partie événementiel, résultat d’un travail important mené par les services de l’Etat avec les représentants des 7 associations de la filière événementielle.

18 juin 2020 – Communiqué de presse – Les organisations professionnelles interpellent le Premier Ministre : « Le 1er septembre, c’est la rentrée de tous les événements professionnels. Permettez-nous d’accompagner la relance de l’économie ! »

6 mai 2020 – Communiqué de presse – Les  organisations professionnelles travaillent à l’élaboration d’un « Protocole sanitaire de la Filière événementielle » 

30 avril 2020 – Communiqué de presse – Sévèrement impactée par la crise, la Filière Evénement se prépare à la reprise

22 avril 2020 – Communiqué de presse – Les organisations professionnelles de la filière événementielle proposent au gouvernement un plan de sauvetage

18 mars 2020 – Communiqué de presse – La filière événement propose son aide à la nation 

11 mars 2020 – Lettre au Premier Ministre – La filière demande la création d’un fonds de solidarité

6 mars 2020 – Communiqué de presse – UNIMEV mobilisée pour la filière Evénement 

14 février 2020 – Communiqué de presse – Raison garder 

 

ORGANISATION D' ÉVÉnements
RÉGLEMENTATION

29 juillet 2021 – Décret n° 2021-987 du 28 juillet 2021 prorogeant la durée d’application du décret n° 2020-418 du 10 avril 2020 et du décret n° 2020-629 du 25 mai 2020
Ce décret proroge jusqu’au 30 septembre 2021 la durée d’application du décret n° 2020-418 du 10 avril 2020 adaptant les règles de réunion et de délibération des assemblées et organes dirigeants des personnes morales et entités dépourvues de personnalité morale de droit privé en raison de l’épidémie de covid-19.

27 juillet 2021 – MEDEF – Décryptage projet de loi relatif à la gestion de la crise sanitaire avant décision du Conseil constitutionnel attendue le 5 août 2021

26 juillet 2021 – Projet de loi relatif à la gestion de la crise sanitaire – Texte nº 4416, adopté par la Commission mixte paritaire du Parlement
Ce texte a été mis en ligne le 25 juillet – Le Conseil constitutionnel rendra sa décision le 5 août – Sa date d’entrée en vigueur a été fixée par le Gouvernement au 9 août 2021.

Extension du pass aux restaurants, cafés, transports longue distance et EHPAD – La présentation d’un pass sanitaire est déjà obligatoire pour les plus de plus de 18 ans qui souhaitent accéder aux « activités culturelles, sportives, ludiques ou festives » ainsi qu’aux  » foires ou salons professionnels » accueillis dans les ERP spécifiés rassemblant plus de 50 personnes.

A partir du mois d’août, le pass sanitaire sera étendu aux cafés, restaurants, aux moyens de transports (avions, trains, cars) qui réalisent de longs trajets, ainsi qu’aux établissements médicaux et médico-sociaux sauf urgence. Contrairement à ce que prévoyait initialement le texte, les centres commerciaux ne seront finalement pas concernés par l’extension du pass sanitaire, mais les préfets pourront choisir de le faire appliquer ou non. Selon l’accord trouvé entre les députés et les sénateurs, les 12-17 ans sont dispensés de pass sanitaire jusqu’au 30 septembre.

Sanction en cas de défaut de contrôle – Les organisateurs et exploitants de sites qui ne contrôleront pas le pass sanitaire pourront être mis en demeure par l’autorité administrative qui leur fixera un délai de 24 heures ouvrées maximum pour se mettre en conformité. Si la mise en demeure est infructueuse, l’exploitant risquera une fermeture administrative de 7 jours maximum. Le 4e manquement au cours d’une période de 45 jours sera puni d’1 an d’emprisonnement et de 9 000 € d’amende.

Salariés des secteurs concernés par cette extension à compter du 30 août – Les salariés des secteurs concernés par cette extension du pass devront présenter un pass sanitaire à leur employeur. A partir du 30 août, un salarié qui n’est ni vacciné ni en mesure de présenter un test antigénique négatif ou un certificat de rétablissement pourra être suspendu, sans salaire. Si la situation perdure plus de 3 jours, la personne sera convoquée pour un entretien afin d’examiner « les moyens de régulariser sa situation, notamment les possibilités d’affectation » sur un poste non soumis à l’obligation du pass.

Obligation vaccinale pour les soignants à compter du 15 septembre – Le projet de loi rend obligatoire la vaccination des personnels des hôpitaux, cliniques, Ehpad et maisons de retraite, des sapeurs-pompiers, de certains militaires, ainsi que des professionnels et bénévoles auprès des personnes âgées, y compris à domicile, à compter du 15 septembre. Avant cette date, les professionnels concernés peuvent se contenter de présenter des tests négatifs pour continuer à exercer. S’ils n’ont reçu qu’une seule dose de vaccin à la date du 15 septembre, ils pourront également continuer à présenter leurs résultats de test jusqu’à l’injection de leur deuxième dose. Des exemptions seront possibles pour les personnes qui justifient d’une contre-indication médicale à la vaccination. Les professionnels qui refusent la vaccination ne pourront plus exercer et verront leur salaire suspendu.

Facilitation de la vaccination pour les salariés et les mineurs – Afin de faciliter la vaccination, le texte contraint les employeurs d’accorder une autorisation d’absence aux salariés qui doivent se rendre à leurs rendez-vous de vaccination. Pour les mineurs de moins de 16 ans, l’autorisation d’un seul parent sera désormais nécessaire, tandis que les 16-18 ans pourront décider eux-mêmes de se faire vacciner ou non. En cas de dégradation d’un centre de vaccination, les peines seront par ailleurs alourdies.

Fin de période transitoire fixée au 15 novembre 2021 – La prolongation du régime transitoire de sortie de l’état d’urgence sanitaire court jusqu’au 15 novembre prochain, et non jusqu’au 31 décembre comme le souhaitait l’exécutif. Pour continuer à s’appliquer au-delà de la mi-novembre, le texte devra donc faire l’objet d’un nouveau vote par le Parlement.

L’état d’urgence sanitaire est par ailleurs prorogé jusqu’au 30 septembre à La Réunion et en Martinique, où un couvre-feu a été mis en place. La Guadeloupe, Saint-Barthélemy et Saint-Martin seront sous état d’urgence également, dès le lendemain de la promulgation de la loi.

23 juillet 2021 – UNIMEV – Pass sanitaire – FAQ sur la réglementation en vigueur au 23 juillet 2021

20 juillet 2021 – Projet de loi relatif à la gestion de la crise sanitaire

20 juillet 2021 – CONSEIL D’ETAT – Avis consultatif sur l’avant-projet de loi relatif à la gestion de la crise sanitaire

20 juillet 2021 – Décret n° 2021-955 du 19 juillet 2021 modifiant le décret n° 2021-699 du 1er juin 2021 prescrivant les mesures générales nécessaires à la gestion de la sortie de crise sanitaire
Le décret du 19 juillet 2021 impose le pass sanitaire à partir de 50 personnes pour les foires, salons, congrès accueillis dans les ERP.

20 juillet 2021 – UNIMEV – Flash Info – Abaissement à 50 personnes du seuil d’exigence du pass sanitaire

16 juillet 2021 – Arrêté du 9 juillet 2021 modifiant l’arrêté du 1er juin 2021 prescrivant les mesures générales nécessaires à la gestion de la sortie de crise sanitaire
Autotests
L’arrêté du 9 juillet 2021, fait évoluer la doctrine relative aux autotests COVID. Il autorise l’utilisation des autotests à partir de 3 ans. Les personnes réalisant ces autotests doivent être asymptomatiques.

Il est désormais possible pour un certain nombre de structures, au nombre desquelles les ERP de type T et L (liste en annexe de l’arrêté), d’acheter des autotests et de les faire sous supervision d’une personne préalablement formée. Ces autotests sont à usage interne à la structure et l’acte doit être réalisé avec l’accompagnement d’une personne préalablement formée selon les modalités précisées par l’arrêté du 8 juillet 2021 afin d’assurer la qualité et sécurité de ce dernier.

Les officines sont autorisées à vendre des autotests aux entreprises de moins de 50 salariés et dans la limite de cinq autotests par salarié et par mois.

16 juillet 2021 – Arrêté du 8 juillet 2021 modifiant l’arrêté du 1er juin 2021 prescrivant les mesures générales nécessaires à la gestion de la sortie de crise sanitaire
Tests antigéniques sur les lieux festifs
Un arrêté du 8 juillet 2021 fixe les modalités de recours aux tests antigéniques du Covid-19 proposés sur place par les discothèques et autres lieux festifs. Le représentant légal de l’événement peut organiser des dépistages individuels et installer un barnum à l’entrée, sous réserve de déclaration auprès du représentant de l’Etat dans son département ou du directeur général de l’agence régionale de santé.

Les pharmaciens et, sous leur responsabilité, les étudiants et préparateurs en pharmacie sont habilités à réaliser ces tests sur place. Cet arrêté indique que le pharmacien titulaire de la CPS doit être présent sur place pour valider les diagnostics et que les résultats doivent être renseignés sur la plateforme Si-DEP le jour même.

Les tests à l’entrée des discothèques sont pris en charge par l’assurance maladie dans les mêmes conditions que lorsqu’ils sont réalisés à l’officine. Les tests proposés sur le lieu des autres événements festifs tel que les festivals ou concerts sont à la charge des organisateurs ou des patients.

15 juillet 2021 – UNIMEV – Extension du pass sanitaire – Calendrier proposé par le Président de la République

13 juillet 2021 – PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE – Adresse aux français

9 juillet 2021 – Décret n° 2021-910 du 8 juillet 2021 modifiant le décret n° 2021-699 du 1er juin 2021 prescrivant les mesures générales nécessaires à la gestion de la sortie de crise sanitaire
Ce décret modifiant l’article 40 du décret du 1er juin 2021 relatif aux ERP de type N (restaurants) et O (hôtels) du décret du 1er juin 2021 n’impose plus que les personnes accueillies dans l’établissement aient une place assise.
La consommation debout est désormais autorisée dans les ERP accueillant du public pour une prestation de restauration. Les organisateurs d’événements peuvent proposer des cocktails debout en extérieur comme en intérieur.

9 juillet 2021 – Décret n° 2021-699 du 1er juin 2021 prescrivant les mesures générales nécessaires à la gestion de la sortie de crise sanitaire
Ce décret actualisé régulièrement est le texte de référence de la réglementation de sortie de la crise sanitaire. 

9 juillet 2021 – UNIMEV – Réglementation sanitaire nationale au 9 juillet 2021

30 juin 2021 – Décret n° 2021-850 du 29 juin 2021 modifiant le décret n° 2021-699 du 1er juin 2021 prescrivant les mesures générales nécessaires à la gestion de la sortie de crise sanitaire
Ce décret modifie certains articles du décret n° 2021-699 du 1er juin 2021, texte de référence de la réglementation sanitaire :

Voir – Article 39 – Les établissements à vocation commerciale destinés à des expositions, des foires-expositions ou des salons ayant un caractère temporaire, relevant du type T défini par le règlement pris en application de l’article R. 123-12 du code de la construction et de l’habitation, peuvent accueillir du public.

Voir – Article 45 – I.-Les salles de danse, relevant du type P défini par le règlement pris en application de l’article R. 123-12 du code de la construction et de l’habitation, ne peuvent accueillir de public.

II.- Les salles d’auditions, de conférences, de projection, de réunions, de spectacles ou à usages multiples, relevant du type L défini par le règlement pris en application de l’article R. 123-12 du code de la construction et de l’habitation, et les chapiteaux, tentes et structures, relevant du type CTS défini par ce même règlement, peuvent accueillir du public dans les conditions suivantes :
1° Les espaces permettant les regroupements sont aménagés dans des conditions permettant de garantir le respect de l’article 1er ;
2° Pour l’organisation de concerts accueillant du public debout, le nombre de spectateurs accueillis ne peut excéder 75 % de la capacité d’accueil de l’établissement.

III. – Sauf pour la pratique d’activités artistiques, les personnes de plus de onze ans accueillies dans les établissements mentionnés par le présent article portent un masque de protection. Cette obligation ne s’applique pas dans les espaces extérieurs de ces établissements lorsque leur aménagement ou les contrôles mis en place permettent de garantir en toute circonstance le respect des règles de distanciation mentionnées à l’article 1er et au présent article. La distanciation physique n’a pas à être observée pour la pratique des activités artistiques dont la nature même ne le permet pas.

17 juin 2021 – VIE PUBLIQUE.FR – Covid-19 : un certificat sanitaire européen en place au 1er juillet 2021

9 juin 2021 – GOUVERNEMENT – FAQ – Le Pass sanitaire pour les professionnels

9 juin 2021 – GOUVERNEMENT – Questions/réponses Pass sanitaire

9 juin 2021 – WEEZEVENT – Concert-test Accor Arena -– Retex de mise en œuvre du passe sanitaire
PPT de restitution du dispositif mis en place
Webinar de restitution du dispositif mis en place

9 juin 2021 – UNIMEV – Réglementation générale au 9 juin 2021

8 juin 2021 – Décret n° 2021-724 du 7 juin 2021 modifiant le décret n° 2021-699 du 1er juin 2021 prescrivant les mesures générales nécessaires à la gestion de la sortie de crise sanitaire
Ce décret détermine les conditions de mise en œuvre du passe sanitaire institué par la loi n° 2021-689 du 31 mai 2021.

3 juin 2021 – UNIMEV – Réglementation sanitaire nationale au 3 juin 2021

2 juin 2021 – Décret n° 2021-699 du 1er juin 2021 prescrivant les mesures générales nécessaires à la gestion de la sortie de crise sanitaire
Ce décret remplace le décret du 29 octobre 2020 régulièrement actualisé depuis sa publication. Il devient le texte de référence de la réglementation sanitaire mise en œuvre pour sortir de la crise sanitaire. Il ne règle pas les conditions de mise en œuvre du pass sanitaire. Celui-ci devrait faire l’objet d’un prochain décret à paraître avant le 9 juin, date fixée par la loi pour son entrée en vigueur.

1er juin 2021 – Loi n° 2021-689 du 31 mai 2021 relative à la gestion de la sortie de crise sanitaire

1er juin 2021 – UNIMEV – Décryptage – Loi n° 2021-689 du 31 mai 2021 relative à la gestion de la sortie de crise sanitaire

1er juin 2021 – GOUVERNEMENT – Questions/Réponses Pass sanitaire

1er juin 2021 – GOUVERNEMENT – Guide d’utilisation du dispositif de contrôle sanitaire pour les organisateurs d’évènements

1er juin 2021 – FRANCE CONNECT – Attestation Vaccin – Assurance Maladie

28  mai 2021 – UNIMEV – Réglementation sanitaire issue du décret du 18 mai 2021 v.3

28 mai 2021 – UNIMEV – Calendrier de sortie de crise sanitaire – Tableau de synthèse v.3

24 mai 2021 – PREMIER MINISTRE – SERVICE COMMUNICATION – Liste des métiers prioritaires à la vaccination à partir du 24 mai 2021

19 mai 2021 – Décret n° 2021-606 du 18 mai 2021 modifiant les décrets n° 2020-1262 du 16 octobre 2020 et n° 2020-1310 du 29 octobre 2020 prescrivant les mesures générales nécessaires pour faire face à l’épidémie de covid-19 dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire 
Ce décret aménage, en modifiant les dispositions du décret du 29 octobre 2021, les conditions de sortie de la crise sanitaire pour la période du 19 mai au 8 juin 2021.

18 mai 2021 – UNIMEV – Evénementiel professionnel, des précisions sur la reprise

19 mai 2021 – UNIMEV – Sortie de crise sanitaire – Questions/réponses

mai 2021 – Version consolidée au jour de consultation du Décret n° 2020-1310 du 29 octobre 2020 prescrivant les mesures générales nécessaires pour faire face à l’épidémie de covid-19 dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire
Ce décret, régulièrement actualisé, est le texte de référence de la réglementation sanitaire mise en œuvre pour lutter contre la propagation du coronavirus.

5 mai 2021 – Projet de loi relatif à la gestion de la sortie de crise sanitaire n°4105 – Dossier législatif

4 mai 2021 – ELYSÉE – Agenda de réouverture – Le 29 avril 2021, le président de la République  a annoncé, dans un entretien à la presse régionale, un déconfinement en quatre étapes progressives, du 3 mai au 30 juin 2021, conditionnées à la situation sanitaire dans chaque département.
GOUVERNEMENT.FR – Les quatre étapes du déconfinement
SERVICE PUBLIC.FR – Un déconfinement en 4 étapes
OUEST FRANCE – Calendrier du déconfinement, fin du couvre-feu, vaccination

29 avril 2021 – OUEST FRANCE 29 avril 2021 – Emmanuel Macron dévoile son plan de déconfinement

22 mars 2021 – Décret n° 2021-296 du 19 mars 2021 modifiant le décret n° 2020-1310 du 29 octobre 2020 prescrivant les mesures générales nécessaires pour faire face à l’épidémie de covid-19 dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire
3e confinement à compter du 20 mars 2021 dans certains départements d’Ile de France (Paris, Seine-et-Marne, Yvelines, Essonne, Hauts-de-Seine, Seine-Saint-Denis, Val-de-Marne, Val-d’Oise), Hauts-de-France (Pas-de-Calais, Aisne, Nord, Somme, Oise), Normandie (Eure, Seine-Maritime) et Provence-Alpes-Côte d’Azur (Alpes Maritimes).

3 mars 2021 – MEDEF – Flash Info – Le ministère du Travail publie un questions/réponses sur la vaccination anti-Covid par les services de santé au travail

16 février 2021 – Loi n° 2021-160 du 15 février 2021 prorogeant l’état d’urgence sanitaire
L’état d’urgence sanitaire est prorogé du 16 février jusqu’au 1er juin 2021. La période transitoire de sortie de l’état d’urgence est fixée au 31 décembre 2021.

2 février 2021 – Décret n°2021-99 du 30 janvier 2021 modifiant les décrets n° 2020-1262 du 16 octobre2020 et n° 2020-1310 du 29 octobre 2020 prescrivant les mesures générales nécessaires pour faire face à l’épidémie de covid-19 dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire

20 janvier 2021 – Projet de loi autorisant la prorogation de l’état d’urgence sanitaire et reportant la date de caducité des régimes institués pour faire face à la crise sanitaire, n° 3733
L’état d’urgence sanitaire est en vigueur sur l’ensemble du territoire national depuis le 17 octobre 2020 (décret n°2020-1257 du 14 octobre 2020) et ce, jusqu’au 16 février 2021 (loi n°2020-1379 du 14 novembre 2019).

Face à la circulation élevée de l’épidémie de covid-19 en ce début d’année 2021, un projet de loi envisage de prolonger l’état d’urgence sanitaire jusqu’au 1er juin 2021. 

AN – 1ère lecture – 13 janvier / 4 janvier 
Sénat – 1ère lecture – 26 janvier / 27 janvier
CMP – jeudi 28 janvier (à confirmer)
AN – Nouvelle lecture – 28 janvier / 2 février
Sénat – Nouvelle lecture – 3 février / 4 février
AN – Lecture définitive – 5 février

19 janvier 2021 – Version actualisée du décret n° 2020-1310 du 29 octobre 2020 prescrivant les mesures générales nécessaires pour faire face à l’épidémie de covid-19 dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire

19 janvier 2021 – COUR DE CASSATION – Cass. civ., 1re ch., 25 novembre 2020, n° 19-21060 – La force majeure ne dispense pas de payer
La Cour de cassation précise que le créancier qui n’a pas pu profiter de la prestation ne peut pas invoquer la force majeure pour demander la résolution du contrat. La force majeure est un outil à la disposition du débiteur et non du créancier.
Voir – Dalloz Actualité

19 janvier 2021 – ANC – « COVID-19 : Mise à jour des recommandations et observations – comptes et situations établis à compter du 1er janvier 2020 », 8 janvier 2021

L’Autorité des normes comptables précise les modalités de mise en œuvre du différé d’amortissement dont peuvent bénéficier certains biens en raison d’une interruption ou d’une réduction d’activité due à l’événement Covid-19.


18 janvier 2021 – Décret n° 2021-31 du 15 janvier 2021 modifiant les décrets n° 2020-1262 du 16 octobre 2020 et n° 2020-1310 du 29 octobre 2020 prescrivant les mesures générales nécessaires pour faire face à l’épidémie de covid-19 dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire

Depuis le 16 janvier 2021, et pour 15 jours au moins, le couvre-feu à 18 h est généralisé pour la France métropolitaine. Les employeurs doivent fournir des justificatifs à leurs salariés se déplaçant pour raison professionnelle entre 18 h et 6 h du matin.

Voir – MINISTERE DE L’INTERIEUR – Modèle d’attestation

4 janvier 2021 – CONSEIL D’ÉTAT – Cinémas, théâtres, salles de spectacles : le juge des référés ne suspend pas leur fermeture en raison d’une situation sanitaire nouvellement dégradée et incertaine
Le juge des référés du Conseil d’État estime que la fermeture de ces lieux culturels n’est justifiée que par la récente dégradation du contexte sanitaire et les incertitudes qui pèsent sur son évolution à court terme. Dans un contexte plus favorable, leur fermeture ne pourrait être maintenue au seul motif qu’il existe un risque de transmission du virus aux spectateurs.

4 janvier 2021 – Conseil d’Etat – Cinémas, théâtres, salles de spectacles : le juge des référés ne suspend pas leur fermeture en raison d’une situation sanitaire nouvellement dégradée et incertaine
Le juge des référés du Conseil d’État estime que la fermeture de ces lieux culturels n’est justifiée que par la récente dégradation du contexte sanitaire et les incertitudes qui pèsent sur son évolution à court terme. Dans un contexte plus favorable, leur fermeture ne pourrait être maintenue au seul motif qu’il existe un risque de transmission du virus aux spectateurs.

15 décembre 2020 – Version actualisée du décret n° 2020-1310 du 29 octobre 2020 prescrivant les mesures générales nécessaires pour faire face à l’épidémie de covid-19 dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire
Le décret n° 2020-1582 du 14 décembre 2020 modifie l’article 4 du décret du 29 octobre 2020 en prévoyant un couvre-feu de 20H00 à 6H00.
Article 4 – I. – Tout déplacement de personne hors de son lieu de résidence est interdit entre 20 heures et 6 heures du matin à l’exception des déplacements pour les motifs suivants, en évitant tout regroupement de personnes :

Les personnes souhaitant bénéficier de l’une des exceptions mentionnées au présent I se munissent, lors de leurs déplacements hors de leur domicile, d’un document leur permettant de justifier que le déplacement considéré entre dans le champ de l’une de ces exceptions.

15 décembre 2020 – Conseil d’Etat – Dernières décisions (référés) en lien avec l’épidémie de Covid-19

1er décembre 2020 – Décision en référé du Conseil d’Etat du 29 novembre 2020 – Limite de 30 personnes dans les établissements de culte

30 novembre 2020 – Décret n° 2020-1454 du 27 novembre 2020 modifiant le décret n° 2020-1310 du 29 octobre 2020 prescrivant les mesures générales nécessaires pour faire face à l’épidémie de covid-19 dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire

25 novembre 2020 – GOUVERNEMENT.FR – Allocution du Président de la République du 24 novembre 2020

16 novembre 2020 – Loi n° 2020-1379 du 14 novembre 2020 autorisant la prorogation de l’état d’urgence sanitaire et portant diverses mesures de gestion de la crise sanitaire
L’état d’urgence sanitaire déclaré par le décret n° 2020-1257 du 14 octobre 2020 est prorogé jusqu’au 16 février 2021. La période transitoire de sortie de l’état d’urgence prendra le relais jusqu’au 1er avril 2021.

4 novembre 2020 – SERVICE PUBLIC.FR – Reconfinement national à partir du 29 octobre à minuit : les principales mesures

30 octobre 2020 – UNIMEV – Réglementation nationale – Confinement – Mesures d’interdiction de déplacement, de rassemblement et d’accueil de public par les ERP

30 octobre 2020 – Décret n° 2020-1310 du 29 octobre 2020 prescrivant les mesures générales nécessaires pour faire face à l’épidémie de covid-19 dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire

19 octobre 2020 – Décret n° 2020-1262 du 16 octobre 2020 prescrivant les mesures générales nécessaires pour faire face à l’épidémie de covid-19 dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire

19 octobre 2020 – MINISTÈRE DE L’INTÉRIEUR – Attestations de déplacement « couvre-feu »

15 octobre 2020 – Décret n° 2020-1257 du 14 octobre 2020 déclarant l’état d’urgence sanitaire
Rappel – Code de la santé publique – Article L3131-13
L’état d’urgence sanitaire est déclaré par décret en conseil des ministres pris sur le rapport du ministre chargé de la santé. Ce décret motivé détermine la ou les circonscriptions territoriales à l’intérieur desquelles il entre en vigueur et reçoit application. Les données scientifiques disponibles sur la situation sanitaire qui ont motivé la décision sont rendues publiques.
L’Assemblée nationale et le Sénat sont informés sans délai des mesures prises par le Gouvernement au titre de l’état d’urgence sanitaire. L’Assemblée nationale et le Sénat peuvent requérir toute information complémentaire dans le cadre du contrôle et de l’évaluation de ces mesures.
La prorogation de l’état d’urgence sanitaire au-delà d’un mois ne peut être autorisée que par la loi, après avis du comité de scientifiques prévu à l’article L. 3131-19.

1er septembre 2020 – MINISTÈRE DU TRAVAIL – Protocole national du 31 août 2020 pour assurer la santé et la sécurité des salariés en entreprises

29 août 2020 – Décret n° 2020-1096 du 28 août 2020 modifiant le décret n° 2020-860 du 10 juillet 2020 prescrivant les mesures générales nécessaires pour faire face à l’épidémie de covid-19 dans les territoires sortis de l’état d’urgence sanitaire et dans ceux où il a été prorogé
Voir – Article 45 du décret du 10 juillet 2020 – ERP de type L (salles de conférences) et CTS (chapiteaux) – Le décret assouplit les conditions d’accueil du public : la règle d’1 siège sur 2 est désormais réservée aux établissements situés dans l’une des zones de circulation active du virus.

14 août 2020 – Décret n° 2020-1035 du 13 août 2020 modifiant le décret n° 2020-860 du 10 juillet 2020 prescrivant les mesures générales nécessaires pour faire face à l’épidémie de covid-19 dans les territoires sortis de l’état d’urgence sanitaire et dans ceux où il a été prorogé – Article 1. I. 1°
Le Gouvernement prolonge l’interdiction des « événements réunissant plus de 5 000 personnes » jusqu’au 30 octobre 2020.
Voir – Article 3 – V. du décret du 10 juillet 2020 actualisé 

28 juillet 2020 – Décret n° 2020-911 du 27 juillet 2020 – Article 1er – I- 9°
Le Gouvernement a décidé, à l’occasion du Conseil de défense qui s’est tenu vendredi 24 juillet, de ramener la date de réouverture des ERP de type T au 1er septembre 2020.

18 juillet 2020 – Décret n° 2020-884 du 17 juillet 2020 modifiant le décret n° 2020-860 du 10 juillet 2020 prescrivant les mesures générales nécessaires pour faire face à l’épidémie 
Obligation de port du masque dans les lieux publics clos – Ce décret modifie le décret du 10 juillet pour, entre autres, ajouter à la liste des établissements dans lesquels le port du masque est obligatoire (article 27 du décret du 10 juillet 2020) « les établissements M et, à l’exception des bureaux, W ».

11 juillet 2020 – Décret n° 2020-860 du 10 juillet 2020 prescrivant les mesures générales nécessaires pour faire face à l’épidémie de COVID-19 dans les territoires sortis de l’état d’urgence sanitaire et dans ceux où il a été prorogé
Ce décret du 10 juillet 2020 prolonge le dispositif du décret du 31 mai 2020 actualisé au mois de juin. Il ne précise pas, hormis pour les événements de +5000 personnes (interdits jusqu’au 31 août 2020), les conditions d’application dans le temps des interdictions/restrictions édictées. Il convient donc de se référer à la loi du 9 juillet 2020 qui prévoit une habilitation du Premier ministre à prendre des mesures de lutte contre l’épidémie de COVID-19 pour la période du 11 juillet au 30 octobre 2020.

10 juillet 2020 – Loi n° 2020-856 du 9 juillet 2020 organisant la sortie de l’état d’urgence sanitaire
Article 1 
I. – A compter du 11 juillet 2020, et jusqu’au 30 octobre 2020 inclus, … le Premier ministre peut, par décret pris sur le rapport du ministre chargé de la santé, dans l’intérêt de la santé publique et aux seules fins de lutter contre la propagation de l’épidémie de covid-19 : 

2° Réglementer l’ouverture au public, y compris les conditions d’accès et de présence, d’une ou de plusieurs catégories d’établissements recevant du public ainsi que des lieux de réunion, à l’exception des locaux à usage d’habitation, en garantissant l’accès des personnes aux biens et services de première nécessité.

La fermeture provisoire d’une ou de plusieurs catégories d’établissements recevant du public ainsi que des lieux de réunions peut, dans ce cadre, être ordonnée lorsqu’ils accueillent des activités qui, par leur nature même, ne permettent pas de garantir la mise en œuvre des mesures de nature à prévenir les risques de propagation du virus ou lorsqu’ils se situent dans certaines parties du territoire dans lesquelles est constatée une circulation active du virus ;

3° Sans préjudice des articles L. 211-2 et L. 211-4 du code de la sécurité intérieure, réglementer les rassemblements de personnes, les réunions et les activités sur la voie publique et dans les lieux ouverts au public ;

II. – Lorsque le Premier ministre prend des mesures mentionnées au I, il peut habiliter le représentant de l’Etat territorialement compétent à prendre toutes les mesures générales ou individuelles d’application de ces dispositions.

Lorsque les mesures prévues au même I doivent s’appliquer dans un champ géographique qui n’excède pas le territoire d’un département, le Premier ministre peut habiliter le représentant de l’Etat dans le département à les décider lui-même. Les décisions sont prises par ce dernier après avis du directeur général de l’agence régionale de santé. Cet avis est rendu public.

Le Premier ministre peut également habiliter le représentant de l’Etat dans le département à ordonner, par arrêté pris après mise en demeure restée sans effet, la fermeture des établissements recevant du public qui ne mettent pas en œuvre les obligations qui leur sont imposées en application du 2° dudit I.

III. − Les mesures prescrites en application du présent article sont strictement proportionnées aux risques sanitaires encourus et appropriées aux circonstances de temps et de lieu. Il y est mis fin sans délai lorsqu’elles ne sont plus nécessaires. Les mesures individuelles font l’objet d’une information sans délai du procureur de la République territorialement compétent.

7 juillet 2020 – Conseil d’Etat – ordonnance en référé du 6 juillet 2020
Ne pas confondre réglementation des manifestations sur la voie publique et réglementation des manifestations commerciales !

Saisi en référé d’un recours contre le décret du 14 juin instituant une obligation d’autorisation préalable à une manifestation sur la voie publique, le Conseil d’Etat a, par une ordonnance en référé du 6 juillet 2020 :
– suspendu l’obligation d’autorisation préalable de manifestation ;
– maintenu l’interdiction des rassemblements de plus de 5.000 personnes.

Cette ordonnance du Conseil d’Etat concerne la réglementation des manifestations sur la voie publique. Elle ne concerne pas la réglementation des manifestations commerciales.
Voir – Code de la sécurité intérieure : articles L.211-1 à L211-4
Voir – Tableau récapitulatif de la réglementation administrative des événements

23 juin 2020 – Décret n° 2020-663 du 31 mai 2020 prescrivant les mesures générales nécessaires pour faire face à l’épidémie de COVID-19 dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire
Version consolidée au 22 juin 2020 du décret du 31 mai 2020 intégrant les modifications des décrets du 21 juin et du 14 juin 2020.

22 juin 2020 – Décret n° 2020-759 du 21 juin 2020 modifiant le décret n° 2020-663 du 31 mai 2020 prescrivant les mesures générales nécessaires pour faire face à l’épidémie de COVID-19 dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire
Ce décret du 21 juin ne modifie pas les prescriptions antérieures pour les types T et L/CTS.

20 juin 2020 – GOUVERNEMENT – Communiqué de presse – Mesures supplémentaires de déconfinement pour la période estivale
Voir Point C – « A partir du mois de septembre 2020, et sous réserve d’une nouvelle évaluation de la situation épidémiologique, la rentrée pourra être marquée par de nouveaux assouplissements :
– Ouverture des établissements accueillants des foires, expositions et salons ».

14 juin 2020 – Décret n° 2020-724 du 14 juin 2020 modifiant le décret n° 2020-663 du 31 mai 2020 prescrivant les mesures générales nécessaires pour faire face à l’épidémie de COVID-19 dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire
Un décret publié le 14 juin 2020 adapte les dispositions du décret du 31 mai pour tirer les conséquences de l’allocution du Président de la République.
Les choses ne changent pas significativement – Pour résumer :
– pour les ERP de type T (expositions, foires, salons), le principe général d’interdiction d’accueil du public demeure ;
– pour les ERP de type L (Salles d’auditions, de conférences, de réunions, de spectacles ou à usage multiple), l’autorisation d’accueil du public (sous réserve de respecter les conditions de fourniture d’un siège/ personne, de placement 1 siège/2 et d’observer les mesures d’hygiène et de distanciation d’1 mètre entre chaque personne) est généralisée à l’ensemble du territoire, l’Ile de France passant en zone verte ;
– pour les espaces privés autres que des ERP, qu’ils appartiennent à des entreprises (ex AG, réunions…) ou à des particuliers ( ex mariages, soirées…), l’autorisation reste la règle ;
– pour les espaces publics, le principe d’interdiction des rassemblements à caractère non professionnel de +10 personnes sur l’espace public est maintenu – Mais le décret du 14 juin précise que « les cortèges, défilés et rassemblement de personnes, et, d’une façon générale, les manifestations sur la voie publique » peuvent être autorisés par le préfet de département si les conditions de leur organisation sont propres à garantir le respect des mesures d’hygiène et de distanciation. 

31 mai 2020 – Décret n° 2020-663 du 31 mai 2020 prescrivant les mesures générales nécessaires pour faire face à l’épidémie de COVID-19 dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire
Un nouveau décret modifie les règles prescrites dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire prorogé jusqu’au vendredi 10 juillet inclus. Rappelons qu’une 2e prorogation de l’état d’urgence sanitaire, si elle était décidée devrait être soumise à l’approbation du Parlement.

1- Le décret interdit de manière assez générale l’organisation d’événements
1.1- Jusqu’au 31 août 2020
– Le décret reprend l’interdiction des événements de + 5000 personnes.

1.2- Jusqu’au terme de l’état d’urgence sanitaire (10 juillet 2020)
– Le décret interdit aux ERP de type T (expositions, foires salons…) d’accueillir du public ;
– Le décret interdit  aux ERP de type L (salles de conférence/réunion/spectacle) et de type CTS (chapiteaux) situés en zone orange d’accueillir du public ;
– Le décret interdit les rassemblements à caractère non professionnel de + 10 personnes sur l’espace public.

2- Exceptions au principe général d’interdiction – Ce qui est autorisé
– Le décret autorise l’accueil d’événements par les ERP de type L (salles de conférence/réunion/spectacle) et de type CTS (chapiteaux) situés en zone verte, sous réserve de respecter des règles d’hygiène et de distanciation sociale définies (port du masque obligatoire, fourniture d’un siège assis/personne, distance d’un siège entre chaque personne/groupe de moins de 10 personnes venant ensemble ou ayant réservé ensemble, aménagement des espaces de regroupement permettant l’observation des mesures d’hygiène et de distanciation sociale) ;

– Le décret autorise l’organisation d’événements dans les espaces privés, que ces lieux appartiennent à des entreprises (ex AG, réunions…) ou à des particuliers ( ex mariages, soirées…).

3- Les préfets conservent leur pouvoir de restreindre ou d’interdire
Les préfets ont le pouvoir d’interdire les rassemblements ou l’accueil de public par un ERP lorsque les circonstances locales l’exigent, notamment lorsque le dispositif de mise en œuvre des mesures d’hygiène et de distanciation ne leur paraît pas adapté.

Le décret prévoit que les gestionnaires de sites de type L (conférence, réunion, spectacle…), X (établissements sportifs couverts), PA (établissements de plein air) ou CTS (chapiteaux) de 1ère catégorie (capables d’accueillir + 1.500 personnes pour faire simple) qui souhaitent accueillir du public doivent en faire la déclaration au préfet au moins 3 jours avant.

Voir :
– Article 1er – Systématisation des mesures d’hygiène et de distanciation sociale
– Article 3 – Interdiction des rassemblements de + 10 personnes sur l’espace public jusqu’au 10 juillet 2020 – Interdiction des événements de + 5000 personnes jusqu’au 31 août 2020 – Pouvoirs du préfet d’interdire un rassemblement
– Article 27 – Notification d’accueil d’un événement par l’organisateur au préfet 3 jours à l’avance
– Article 39 – ERP de type T
– Article 45 – ERP de type L
– Article 57 – Pouvoir du préfet d’interdire à un ERP d’accueillir du public

12 mai 2020 – Loi n° 2020-546 du 11 mai 2020 prorogeant l’état d’urgence sanitaire et complétant ses dispositions
Article 3 – L’article L. 3131-15 du code de la santé publique est ainsi modifié :

I-Dans les circonscriptions territoriales où l’état d’urgence sanitaire est déclaré, le Premier ministre peut, par décret réglementaire pris sur le rapport du ministre chargé de la santé, aux seules fins de garantir la santé publique :

 5° Ordonner la fermeture provisoire et réglementer l’ouverture, y compris les conditions d’accès et de présence, d’une ou plusieurs catégories d’établissements recevant du public ainsi que des lieux de réunion, en garantissant l’accès des personnes aux biens et services de première nécessité. 

11 mai 2020 – CONSEIL CONSTITUTIONNEL – Décision n° 2020-800 DC du 11 mai 2020 sur la Loi prorogeant l’état d’urgence sanitaire et complétant ses dispositions    
Communiqué de presse
Les mesures d’interdiction relatives aux ERP et aux lieux de réunions ne s’étendent pas aux locaux à usage d’habitation. Les rassemblements de +10 personnes sont donc autorisés dans la sphère privée.

11 et 12 mai 2020 – Décret n° 2020-548 du 11 mai 2020 prescrivant les mesures générales nécessaires pour faire face à l’épidémie de COVID-19 dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire
Le décret prescrit les mesures à respecter dans les différentes circonstances de la vie sociale (déplacements, rassemblements, enseignement, activités diverses…) pour faire face à l’épidémie de COVID-19 dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire :

– il interdit, jusqu’à l’expiration de l’état d’urgence (10 juillet), l’accueil de public par certaines catégories d’ERP, dont les types T, L, X… Sont ainsi interdits les salons, foires, congrès, spectacles, compétitions sportives…(article 10) – Une dérogation spéciale est prévue pour l’accueil de concours ou d’examens.

– il interdit, jusqu’à l’expiration de l’état d’urgence (10 juillet), les rassemblements autres que professionnels de plus de 10 personnes sur les espaces publics – Sont ainsi interdits les festivals, concerts, fêtes populaires… (article 7).

– il interdit, jusqu’au 31 août 2020, les « événements réunissant plus de 5.000 personnes » (article 8) – Sont ainsi interdits les grands événements et fêtes populaires estivaux – On peut s’étonner qu’un texte qui édicte des dispositions « dans le cadre de l’état d’urgence » (voir titre du décret), c’est-à-dire jusqu’au 10 juillet, comporte des mesures dont le terme dépasse la date-limite fixée pour celui-ci.

Le décret réglemente les rassemblements à caractère professionnel en les subordonnant à la mise en place d’un dispositif permettant l’observation des règles d’hygiène et de distanciation sociale. 
Il habilite enfin les préfets, dans les départements, à interdire ou à restreindre, par des mesures réglementaires ou individuelles, les rassemblements, réunions ou activités, à caractère professionnel ou non, lorsque les circonstances locales l’exigent.

11 mai 2020 – Décret prescrivant les mesures générales nécessaires pour faire face à l’épidémie de COVID-19 dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire
Prolongation des mesures d’interdiction des rassemblements et d’accueil du public jusqu’au 10 juillet 2020

14 avril 2020 – Décret complétant le décret prescrivant les mesures générales nécessaires pour faire face à l’épidémie de COVID-19 dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire
Interdiction jusqu’au 11 mai 2020 des rassemblements de plus de 100 personnes et d’accueil du public 

23 mars 2020 – Décret prescrivant les mesures générales nécessaires pour faire face à l’épidémie de COVID-19 dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire – voir articles 7 et 8 
Interdiction jusqu’au 15 avril 2020 des rassemblements de plus de 100 personnes et d’accueil du public – Reprise des arrêtés du 13 et 14 mars 2020

23 mars 2020 – Loi d’urgence pour faire face à l’épidémie de COVID-19

19 mars 2020 – Arrêté complétant l’arrêté du 14 mars 2020 portant diverses mesures relatives à la lutte contre la propagation du virus COVID-19

16 mars 2020 – Décret portant réglementation des déplacements dans le cadre de la lutte contre la propagation du virus 
Interdiction généralisée des déplacements hors du domicile, sauf pour des motifs limitativement énumérés

15 mars 2020 – Arrêté complétant l’arrêté du 14 mars 2020 portant diverses mesures relatives à la lutte contre la propagation du virus COVID-19

14 mars 2020 – Arrêté portant diverses mesures relatives à la lutte contre la propagation du virus COVID-19
Interdiction jusqu’au 15 avril 2020 pour certains établissements d’accueillir du public 

13 mars 2020 – Arrêté portant diverses mesures relatives à la lutte contre la propagation du virus COVID-19, abrogé par l’article 8 de l’arrêté du 14 mars
Interdiction jusqu’au 15 avril 2020 de tout rassemblement, réunion ou activité mettant en présence de manière simultanée plus de 100 personnes en milieu clos ou ouvert

4 mars 2020 – Arrêté portant diverses mesures relatives à la lutte contre la propagation du virus COVID-19
Interdiction jusqu’au 31 mai 2020 de tout rassemblement mettant en présence de manière simultanée plus de 5 000 personnes en milieu clos ou ouvert

8 octobre 2020 – SERVICE PUBLIC.FR – Lutte contre le Covid-19 : quelles sont les zones en alerte renforcée et en alerte maximale ?

8 octobre 2020 – SERVICE PUBLIC.FR – Covid-19 : comment s’informer sur les mesures prises dans ma ville ou mon département ?

5 octobre 2020 – UNIMEV – Tableau de synthèse des arrêtés pris par les préfets conformément aux pouvoirs qui leurs sont conférés par le décret du 10 juillet 2020

29 septembre 2020 – REVUE DALLOZ – COVID-19 : les mesures restrictives de liberté résistent-elles au test de proportionnalité ?

– Paris 
9 novembre 2020 –  PRÉFECTURE DE POLICE DE PARIS – FAQ Mise en œuvre des mesures de lutte contre la Covid

19 octobre 2020 – PRÉFECTURE DE POLICE DE PARIS – n°2020-00863 portant mesures de police applicables à Paris en vue de ralentir la propagation du virus Covid-19

6 octobre 2020 – PRÉFECTURE – FAQ maj 5 octobre 2020 – Mise en œuvre des mesures de lutte contre la Covid à Paris

5 octobre 2020 – PARIS – PRÉFET DE POLICE – Arrêté portant mesures de police à Paris et sur les emprises de trois aéroports parisiens en vue de ralentir la propagation du virus COVID-19

28 septembre 2020 – PARIS – PRÉFET DE POLICE – Communiqué de presse du 25 septembre 2020

28 septembre 2020 – PARIS – PRÉFET DE POLICE – Arrêté n°2020-00770 du 25 septembre 2020

21 septembre 2020 – PARIS – PRÉFET DE POLICE – Communiqué de presse  

– Bordeaux  
29 septembre 2020 – DÉPARTEMENT DE LA GIRONDE – PRÉFET – Arrêté du 25 septembre 2020 prescrivant des mesures visant à lutter contre la propagation du virus COVID-19 dans le département de la Gironde en zone de circulation d’alerte renforcée

– Lille 
30 septembre 2020 – LILLE – PRÉFET DU NORD – Arrêté du 25 septembre 2020 portant mesures réglementaires visant à lutter contre l’épidémie de covid-19 dans les communes de la métropole européenne de LILLE

30 septembre 2020 – LILLE – PRÉFET DU NORD – Arrêté du 25 septembre 2020 portant mesures réglementaires complémentaires visant à lutter contre l’épidémie de covid-19 dans les communes de la métropole européenne de LILLE

30 septembre 2020 – LILLE – PRÉFET DU NORD – Arrêté du 25 septembre 2020 portant interdiction des rassemblements festifs ou familiaux de plus de 30 personnes dans les ERP dans le département du Nord

30 septembre 2020 – LILLE – PRÉFECTURE DU NORD – Flyer de communication COVID-19

– Lyon
28 septembre 2020 – DÉPARTEMENT DU RHÔNE – PRÉFET – Arrêté du 21 septembre 2020 portant prescription de diverses mesures visant à lutter contre la propagation du virus Covid-19 dans le département du Rhône

28 septembre 2020 – DÉPARTEMENT DU RHÔNE– PRÉFET – Mesures et recommandations préfectorales pour faire face à l’épidémie de Covid-19 dans le département du Rhône à compter du 22 septembre 2020 et pour une période de 15 jours

– Marseille 
8 octobre 2020 – BOUCHES DU RHÔNE – PRÉFET –Arrêté n° 191 modifiant l’arrêté n°180 du 27 septembre 2020

28 septembre 2020 – DÉPARTEMENT DES BOUCHES DU RHÔNE – PRÉFET -Arrêté́ n°180 du 27 septembre 2020

– Rennes
8 octobre 2020 – DÉPARTEMENT DE L’ILLE ET VILAINE – PRÉFET – Arrêté portant prescription de plusieurs mesures nécessaires pour faire face à l’épidémie de Covid-19

Arrêté du 25 juin 1980  

Article GN1
« Les établissements sont classés en types, selon la nature de leur exploitation :
Etablissements installés dans un bâtiment :
 J Structures d’accueil pour personnes âgées et personnes handicapées ;
 L Salles d’auditions, de conférences, de réunions, de spectacles ou à usage multiple ;
 M Magasins de vente, centres commerciaux ;
 N Restaurants et débits de boissons ;
 O Hôtels et pensions de famille ;
 P Salles de danse et salles de jeux ;
 R Etablissements d’éveil, d’enseignement, de formation, centres de vacances, centres de loisirs sans hébergement ;
 S Bibliothèques, centres de documentation ;
 T Salles d’expositions ;
 U Etablissements sanitaires ;
 V Etablissements de culte ;
W Administrations, banques, bureaux ;
 X Etablissements sportifs couverts ;
 Y Musées ;
 b) Etablissements spéciaux :
 PA Etablissements de plein air ;
 CTS Chapiteaux, tentes et structures ;
 SG Structures gonflables ;
 PS Parcs de stationnement couverts ;
 GA Gares ;
 OA Hôtels-restaurants d’altitude ;
 EF Etablissements flottants ;
 REF Refuges de montagne. »

Voir – BPI FRANCE – Classification des établissements recevant du public 

Délégation de service public – Exonération de redevances, prolongation du contrat

3 mars 2021 – RM Olivier DUSSOPT sur la prolongation des contrats de concession dans l’évènementiel – JO 22 décembre 2021
Le Ministre de l’action et des comptes publics rappelle le texte de l’article R. 3135-5 du code de la commande publique qui permet la modification d’un contrat de concession en cours d’exécution lorsque la modification est rendue nécessaire « par des circonstances qu’une autorité concédante diligente ne pouvait pas prévoir ».
Le ministre indique que l’épidémie de Covid-19 est bien constitutive d’un évènement relevant de telles circonstances. Il en déduit que la conclusion d’un avenant de prolongation peut être envisagée sur le fondement de cet article et dans les limites fixées par l’article R. 3135-3 du code de la commande publique qui prévoit que le montant de la modification prévue à l’article R. 3135-2 ne peut être supérieur à 50 % du montant du contrat de concession initial.

11 février 2021 – MEDEF –  Modification des contrats de la commande publique – Guide à l’attention des acheteurs et des entreprises

9 novembre 2020 – SEBAN & ASSOCIES AVOCATS – Marion TERRAUX – Conséquences de la Covid-19 sur les concessions de service public : quels fondements pour quelle indemnisation ?

Baux commerciaux – Paiement des loyers commerciaux

16 février 2021 – COUR D’APPEL DE PARIS, 4 février 2021, n° 20/12540 – S.C.I. PARDES PATRIMOINE c/ S.A.S. CREPE PARISIENNE
La Cour d’appel juge que la pandémie du Covid-19 ne suffit pas à dispenser l’exploitant d’un bail commercial du paiement des loyers et indemnités d’occupation dus

16 février 2021 – TRIBUNAL JUDICIAIRE DE PARIS, jugement du juge de l’exécution du 20 janvier 2021, n° RG 20/80923
Le tribunal judiciaire de Paris estime que le locataire n’est pas tenu de régler son loyer et ses charges lorsque son local commercial est fermé en raison de la crise sanitaire. Certes, cette décision n’est qu’une décision de première instance et, pour l’instant, une décision isolée. Et le raisonnement adopté par le juge de l’exécution de Paris ne sera pas nécessairement adopté par les juges d’appel et la Cour de cassation. Pour autant, cette décision, qui n’est pas une ordonnance de référé mais bien un jugement au fond, représente actuellement un argument important pour les locataires qui refusent de payer leurs loyers dans des circonstances similaires à celles de cette affaire.

Taxe foncière

19 octobre 2020 – Taxe foncière, inexploitation d’immeuble et COVID-19 – 12 octobre 2020 – CMS Francis Lefebvre Avocats – Cathy Goarant – Moraglia
Voir – Conseil d’État, 8ème – 3ème chambres réunies, 29 juin 2020, 434521
La situation sanitaire liée au Covid-19 a conduit l’Etat à prendre des mesures conduisant à la fermeture de sites, principalement ouverts au public, dans le cadre de l’Etat d’Urgence Sanitaire.

Ces fermetures ont entraîné des situations d’inexploitation d’immeubles professionnels rendant ainsi applicable le dispositif visé à l’article 1389-I du CGI prévoyant un dégrèvement partiel de taxe foncière. Cet article prévoit la faculté pour les contribuables de solliciter un dégrèvement de la taxe foncière à la triple condition que :
– la vacance ou l’inexploitation soit indépendante de la volonté du contribuable ;
– elle ait une durée minimale de trois mois consécutifs ;
– elle concerne la totalité de l’immeuble ou une partie susceptible d’exploitation séparée.
Dans les conclusions sous cette décision (défavorable en l’espèce au contribuable), le rapporteur public estime que face à une décision administrative, il faut rechercher si les faits ayant conduit à la fermeture d’un établissement sont imputables au contribuable -, ou s’ils lui sont extérieurs. A cet égard, il cite comme exemple d’inexploitation d’un immeuble, indépendante de la volonté du propriétaire occupant, la décision gouvernementale d’instaurer une mesure de confinement général destinée à limiter les risques de transmission d’une maladie contagieuse.»

15 octobre 2020 – MINISTÈRE DE L’ÉCONOMIE – Communiqué de presse 12 octobre 2020 – Mesure exceptionnelle de report du paiement des taxes foncières pour les entreprises touchées par les nouvelles mesures sanitaires

Consultations d’avocats et avis d’experts

19 octobre 2020 – CMS FRANCIS LEFEBVRE AVOCATS – Cathy Goarant – Moraglia – Taxe foncière, inexploitation d’immeuble et COVID-19 – 12 octobre 2020 
Voir – Conseil d’État, 8ème – 3ème chambres réunies, 29 juin 2020, 434521
La situation sanitaire liée au Covid-19 a conduit l’Etat à prendre des mesures conduisant à la fermeture de sites, principalement ouverts au public, dans le cadre de l’Etat d’Urgence Sanitaire.
Ces fermetures ont entraîné des situations d’inexploitation d’immeubles professionnels rendant ainsi applicable le dispositif visé à l’article 1389-I du CGI prévoyant un dégrèvement partiel de taxe foncière. Cet article prévoit la faculté pour les contribuables de solliciter un dégrèvement de la taxe foncière à la triple condition que :
– la vacance ou l’inexploitation soit indépendante de la volonté du contribuable ;
– elle ait une durée minimale de trois mois consécutifs ;
– elle concerne la totalité de l’immeuble ou une partie susceptible d’exploitation séparée.
Dans les conclusions sous cette décision (défavorable en l’espèce au contribuable), le rapporteur public estime que face à une décision administrative, il faut rechercher si les faits ayant conduit à la fermeture d’un établissement sont imputables au contribuable -, ou s’ils lui sont extérieurs. A cet égard, il cite comme exemple d’inexploitation d’un immeuble, indépendante de la volonté du propriétaire occupant, la décision gouvernementale d’instaurer une mesure de confinement général destinée à limiter les risques de transmission d’une maladie contagieuse.»

28 septembre 2020 – Me Charles ABEEL, avocat au Barreau de LILLE – La fermeture administrative des restaurants, bars et autres établissement recevant du public en temps de Covid : quel(s) recours ?

28 septembre 2020 – CONSEIL D’ETAT, Juge des référés – ordonnance du 13 juillet 2020, 441449, Inédit au recueil Lebon, SYNDICAT NATIONAL DES DISCOTHEQUES ET LIEUX DE LOISIRS c/ MINISTERE DES SOLIDARITES ET DE LA SANTE

20 avril 2020 – DERRIENNIC AVOCATS – Quid de la résolution ou résiliation pour faute des contrats ?

14 avril 2020 – REVUE ACTUALITÉ JURIDIQUE – Dossier « COVID-19 et contrat »

1 avril 2020 – WOLTERS KLUWER ACTUALITE DU DROIT – COVID-19 et contrats : une ordonnance reporte le terme de certaines clauses 

3 avril 2020 – KPMG AVOCATS – Mesures de soutien au tourisme

14 avril 2020 – HAAS AVOCATS – Frédéric Picard et Lucile Desbordes – Contrats : le COVID-19 est-il un cas de force majeure ?

9 avril 2020 – ASSURINCO – Christophe CAMILLI – Assurance annulation – Calculer son risque financier

1 mars 2020 – GRANT THORNTON AVOCATS – L’exécution des contrats commerciaux à l’épreuve du COVID-19

31 mars 2020 – CARLER AVOCATS – Bénédict VIDAL – Manifestations commerciales et événements – Annulation et report – Des aménagements contractuels indispensables

29 mars 2020 – KPMG AVOCATS – Synthèse des mesures d’urgence prises par le Gouvernement en tax/legal/social

5 mars 2020 – GIDE AVOCATS – Emmanuel VITAL-DURAND et Cyrille ROLLIN – Arrêté ministériel du 4 mars 2020 – Portée

Etudes UNIMEV

juin 2020 – Vers une incontournable refondation de l’événement – Vincent LARQUET

juin 2020 – Les français et la reprise des activités de divertissement événementiel post-confinement – Anthony FAURE

19 mai 2020 -Les événements d’hier ressembleront-ils à ceux de demain ? – Anthony FAURE

15 avril 2020 – La RSE comme levier de réinvention – Vincent LARQUET, Louis STELIAN 

Flash Infos UNIMEV

28 avril 2020 – Maintien, report, annulation, commercialisation d’événements

18 mars 2020 – Report & annulation

10 mars 2020 – Aides aux entreprises

2 mars 2020 -Eléments de réponse

18 février 2020 – Agir et anticiper

12 février 2020 – UNIMEV vous accompagne

MESURES SANITAIRES - PROTOCOLES
CONTINUITÉ D’ACTIVITÉ

18 mai 2021 – GOUVERNEMENT – Protocole sanitaire pour l’événementiel professionnel

18 mai 2021 – GOUVERNEMENT – Protocole sanitaire pour les traiteurs de l’événementiel

18 mai 2021 – TRAITEURS DE FRANCE – Guide sanitaire COVID-19 Version mai 2021 

6 mai 2021 – FÉDÉRATIONS PROFESSIONNELLES FILIERE ÉVENEMENTIELLE – Référentiel sanitaire de la filière événementielle – V5 mai 2021

4 mai 2021 – MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA SANTÉ – Rappel des mesures sanitaires indispensables devant figurer dans tous les protocoles sectoriels
L’ensemble des protocoles sanitaires doit comporter un volet d’organisation général recensant les points suivants :
– la désignation d’un référent COVID,
– l’information sur les mesures et gestes barrières à respecter,
– les mesures mises en œuvre afin de s’assurer du bon respect du protocole.

Le HCSP souligne dans son avis du 22 novembre 2020 relatif aux commerces que les risques de contamination sont liés à 4 paramètres :
– le brassage de population,
– la densité de population dans un lieu,
– le temps de contact avec des personnes potentiellement contaminées,
– la ventilation des locaux.

4 mai 2021 – HSCP/HAUT CONSEIL DE LA SANTÉ PUBLIQUE – Préconisations du Haut Conseil de la santé publique relatives à l’adaptation des mesures barrières et de distanciation sociale à mettre en œuvre en population générale, hors champs sanitaire et médico-social, pour la maîtrise de la diffusion du SARS-CoV-2

4 mai 2021 – HSCP/HAUT CONSEIL DE LA SANTÉ PUBLIQUE – Le point sur la Covid-19

avril 2021 – MINISTÈRE DU TRAVAIL – Protocole national pour assurer la santé et la sécurité des salariés en entreprises – mise à jour en ligne  

1er février 2021 – MEDEF Flash Info  – Nouveau protocole sanitaire en entreprise
Les deux principales modifications dans la version publiée le 29 janvier 2021 concernent la distanciation physique et les masques.

12 octobre 2020 – TRAITEURS EVENEMENTIELS  – Protocole septembre 2020 

27 août 2020 – SANTE PUBLIQUE FRANCE – Fiche pratique quatorzaine – « J’ai été en contact avec une personne malade du COVID-19 »

11 juin 2020 – UNIMEV – Deux outils de mise en conformité sanitaire  : 
Check-list de répartition contractuelle des tâches Organisateur/Gestionnaire de site
– Mémo d’information des exposants 
En attendant l’agrément du Protocole événementiel soumis au ministère du Tourisme, UNIMEV met à la disposition des organisateurs deux outils pratiques pour clarifier la problématique de la mise en conformité sanitaire d’un événement avec les gestionnaires de sites et les exposants :
– le 1er (sous Excel) est un exemple de check-list de répartition contractuelle des tâches entre l’organisateur et le gestionnaire de site (à joindre éventuellement au contrat) ;
– le 2e (sous Word) est un exemple de mémo d’information des exposants (à joindre éventuellement au guide pratique de l’exposant).
N’hésitez pas à adapter ces matrices en les modifiant, en les complétant ou en les personnalisant selon vos besoins spécifiques.

3 juin 2020 – GOUVERNEMENT – Phase 2 du plan de déconfinement (2 juin/21 juin 2020) – Calendrier

mai 2020 – AIPC and UFI – Good practice guidance – Requirements for re-opening business events

22 mai – MINISTÈRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES – Restrictions de circulation et mise en place de mesures sanitaires aux frontières

19 mai 2020 – MINISTÈRE DE LA CULTURE – Aide à la reprise d’activité et à la réouverture au public des salles de spectacle

5 mai 2020 – UFI – Global framework for reopening exhibitions and B2B trade events post the emergence from COVID-19     

29 avril 2020 – SYNTEC – Guide des recommandations sanitaires pour la continuité des activités

20 avril 2020 – ATOUT FRANCE – Mesures sanitaires – Benchmark sectoriel France et international

avril 2020 – FÉDÉRATION DES ENTREPRISES DE PROPRETÉ – Guide pratique – Continuité d’activité – Propreté – Mesures de prévention

17 avril 2020 – MINISTÈRE DU TRAVAIL – Mesures de prévention dans l’entreprise contre le COVID-19 

26 mars 2020 – SYNTEC – Organiser le travail

24 mars 2020 – MINISTÈRE DU TRAVAIL – Obligations de l’employeur 

Masques de protection

mai 2020 – INRS – FAQ masques de protection respiratoire et risques biologiques 

20 mai 2020 – AMELI.FR- Subvention « PREVENTION COVID » pour TPE et PME

30 mars 2020 – MINISTÈRE DE L’ECONOMIE –  Les différents types de masques de protection

mars 2020 – MINISTÈRE DE L’ACTION ET DES COMPTES PUBLICS – Étapes pour importer des masques de protection

26 mars 2020 – MEDEF – Informations sur les masques de protection

Responsabilité de l’employeur

20 mai 2020 – SYNTEC – Responsabilité de l’employeur et COVID-19 – Fiche technique

20 mai 2020 – SYNTEC – Responsabilité de l’employeur et COVID-19 – Synthèse

Assurance pertes d’exploitation

19 avril 2021 – COUR D’APPEL AIX-EN -PROVENCE – 25 février 2021 n° 20/10357
La cour d’appel d’Aix-en-Provence aura été la première cour à se prononcer, en appel, dans le cadre du contentieux opposant AXA à de nombreux restaurateurs réclamant la prise en charge des « pertes d’exploitation » subies du fait de la fermeture administrative imposée durant la crise sanitaire, dans le cadre de leur contrat d’assurance multirisques professionnelles, au titre de la « garantie perte d’exploitation en cas de fermeture administrative à la suite d’une épidémie » telle que prévue par le contrat.
La cour d’appel d’Aix-en-Provence a jugé, à son tour, à l’instar d’un certain nombre de tribunaux, que doit être déclarée inopposable la clause excluant une telle garantie « lorsque, à la date de la décision de fermeture, au moins un autre établissement, quelle que soit sa nature et son activité, fait l’objet, sur le même territoire départemental que celui de l’établissement assuré, d’une mesure de fermeture administrative, pour une cause identique ».

22 mai  2020 – TRIBUNAL DE COMMERCE DE PARIS – Ordonnance de référé du 22 mai 2020 – Aff. ROSTANG/AXA
Les assurances couvrant les pertes d’exploitation sont conçues pour indemniser les entreprises subissant une baisse de leur chiffre d’affaires. Elles interviennent souvent en cas de dommage matériel, mais peuvent dans certains cas fonctionner « sans dommage ». C’était justement le cas du contrat de MAISON ROSTANG qui prévoyait une extension en cas de fermeture administrative « imposée par les services de police ou d’hygiène et de sécurité ».

Saisi en référé le 4 mai, le Tribunal de commerce de Paris a statué le 22 mai sur l’action en référé initiée par la SAS MAISON ROSTANG contre la SA AXA FRANCE IARD. Il a ordonné à l’assureur de verser à la société une provision de 45 000 euros et nommé un expert judiciaire pour évaluer le montant des dommages constitués par la perte de marge brute pendant la période d’indemnisation.

22 mai 2020 – LES ECHOS –  La justice ordonne à AXA d’indemniser un restaurateur parisi

ACCOMPAGNEMENT DES ENTREPRISES
AIDES - DISPOSITIFS DE SOUTIEN

30 juin 2021 – MEDEF – Synthèse des dispositifs de soutien aux entreprises au 30 juin 2021

24 juin 2021 – MINISTÈRE DE L’ÉCONOMIE – Covid-19 : Quelles aides pour les entreprises dans les prochains mois ?

23 juin 2021 – GOUVERNEMENT – DP – Accompagnement des entreprises dans la sortie de crise

4 juin 2021 – PLR 2021 – Projet de loi de finances rectificative pour 2021, n° 4215 , déposé(e) le mercredi 2 juin 2021

4 juin 2021 – LEGIFISCAL – PLFR 2021 – Le report en arrière des déficits sur 3 ans

4 juin 2021 – DGFIP – Foire aux questions – Actions mises en œuvre par la DGFiP

Report d’échéances fiscales, remboursement accéléré de créance de report en arrière de déficits (carry-back), modulation du paiement des acomptes d’IS en fonction du résultat prévisionnel…

4 mai 2021 – MEDEF – Flash Info – Covid-19 – Point d’attention sur le plafond des aides – voir p.2
Les mesures d’exonération et d’aide au paiement URSSAF s’inscrivent dans le cadre de l’encadrement temporaire des mesures d’aide d’État visant à soutenir l’économie, adopté le 19 mars 2020 par la Commission européenne. Celle-ci a considéré notamment que le montant total des aides perçues par une entreprise sous forme de subventions directes, d’avances remboursables ou d’avantages fiscaux ne devait pas dépasser 800 000 €. La Commission européenne a modifié le 28 janvier 2021 les dispositions de l’encadrement temporaire en relevant le plafond de ces aides à 1,8 M€. Il s’agit donc d’un plafond spécifique, plus élevé que celui qui résulte du droit commun, dit de minimis (200 000 € sur 3 ans).

Afin de rappeler cette condition en droit interne parmi les modalités applicables aux dispositifs d’exonération et d’aide au paiement, les dispositions de l’encadrement temporaire ont été retranscrites dans la LFR 3 et la LFSS pour 2021, ainsi que dans leurs décrets d’application (décrets du 1er
septembre 2020 et du 27 janvier 2021). En conséquence des modifications apportées par la Commission européenne le 28 janvier 2021, le décret du 12 avril 2021 a pris 
en compte le relèvement du plafond à 1,8 M€.

La DSS et la DGFIP ont précisé au MEDEF que :
– Pour la détermination du plafond d’aides limité à 1,8 M€ dans le cadre du régime temporaire Covid-19, doivent être prises en compte les aides du fonds de solidarité perçu ou demandé depuis le mois de mars 2020 et les exonérations de charges sociales et aides au paiement URSSAF liées à la crise de la Covid-19 déclarées en 2020 et 2021.
– Ne sont pas à prendre en compte pour la détermination du plafond les aides suivantes : le PGE, l’activité partielle, l’aide à la numérisation, les subventions des régions, la prise en charge des loyers ou autres subventions accordées par la région, l’aide financière exceptionnelle (AFE-COVID), le report des charges sociales…
– Le plafond du régime temporaire d’aide s’apprécie au niveau du groupe consolidé (holding et entités contrôlées) lorsque l’entreprise fait partie d’un groupe et non au niveau de chaque entreprise composant ce groupe, quand bien même les conditions relatives aux effectifs et à la perte de CA s’apprécient au niveau de l’entreprise pour l’éligibilité des exonérations de charges et aide au paiement URSSAF.

Afin de sécuriser l’application de cette exigence, ces informations devraient faire l’objet d’une mise à jour de l’instruction DSS du 5 mars 2021 et d’une communication de la part de la DGFIP.

4 mai 2021 – COFIF – Précisions de la DGFiP sur le calcul du plafond de 1,8M€

4 mai 2021 – MINISTÈRE DE L’ÉCONOMIE – Mesures de soutien économiques 9 avril 202120 avril 2021 – COMMISSION UE 

– Communiqué de presse 19 mars 2021 – Aides d’État : la Commission adopte un encadrement temporaire pour permettre aux États membres de soutenir davantage l’économie face à la flambée de COVID-19

– Communiqué de presse 13 mars 02021 – COVID-19 : la Commission présente une réponse européenne coordonnée pour lutter contre l’impact économique du coronavirus
– Communiqué de presse 9 mars 2021 – Aides d’État : la Commission autorise un régime d’aides français de 2 milliards d’euros à l’appui des coûts fixes non couverts des entreprises touchées par la pandémie de coronavirus

15 avril 2021 – MEDEF – Flash Info 14 avril 2021 – Quels dispositifs de soutien pour quelles entreprises ?

7 avril 2021 – MINISTÈRE DE L’ÉCONOMIE – Communiqué de presse 31 mars 2021 – Mesures de soutien au commerce – Dispositif d’aide pour les stocks
Le gouvernement a annoncé la mise en place d’une mesure spécifique relative aux stocks invendus pour les commerces de l’habillement, de la chaussure, du sport et de la maroquinerie, secteurs affectés par la problématique des stocks saisonniers.
Pour bénéficier de cette aide, les commerces d’habillement, de chaussures, de maroquinerie ou d’articles de sport doivent avoir bénéficié du fonds de solidarité en novembre 2020, c’est-à-dire avoir été fermés administrativement en novembre 2020 et avec un effectif salarié inférieur ou égal à 50 salariés au niveau du groupe.
Le montant de cette nouvelle aide forfaitaire représente 80 % de l’aide perçue au titre du fonds de solidarité en novembre 2020 (qui était plafonnée à 10 000 euros), soit une aide maximum de 8 000 euros par entreprise.
Cette aide bénéficiera à environ 35 000 commerces de l’habillement, de la chaussure, du sport et de la maroquinerie.
Le décret concernant ce dispositif n’a pas encore été publié.

26 octobre 2020 – Restrictions sanitaires – Quels dispositifs de soutien pour quelles entreprises ?

10 juin 2020 – GOUVERNEMENT – Projet de loi de finances rectificative 3
Voir plus particulièrement :
– Article 1er – Annulation de redevances d’occupation du domaine public de l’État et de ses établissements publics
– Article 3 – Dégrèvement exceptionnel de la cotisation foncière des entreprises au titre de 2020 au profit des entreprises de taille petite ou moyenne des secteurs relevant du tourisme, de l’hôtellerie, de la restauration, du sport, de la culture, du transport aérien et de l’événementiel particulièrement affectés par la crise sanitaire
– Article 18 – Exonération de cotisations patronales, aide au paiement des cotisations, remises de dettes et plans d’apurement pour les entreprises affectées par la crise sanitaire.

10 juin 2020 – GOUVERNEMENT – Communiqué de presse – Le Gouvernement renforce les aides apportées aux secteurs de l’hôtellerie, restauration, cafés, tourisme, événementiel, sport, culture

29 avril 2020 – SYNTEC – L’intégrale des textes relatifs aux mesures liées au COVID-19

24 avril 2020 – MEDEF – Flash Info – Quels dispositifs de soutien économique pour quelles entreprises?

26 mars 2020 – CCI – Toutes les aides disponibles pour faire face aux difficultés

25 mars 2020 – Décret portant relèvement du plafond des avances de trésorerie au régime général de sécurité sociale

25 mars 2020 – MINISTÈRE DE L’ECONOMIE – Mesures de soutien et contacts utiles

18 mars 2020 – Projet de loi de finances rectificative pour 2020

26 mars 2020 – CPME – Les ordonnances du 25 mars décryptées par la CPME

27 mars 2020 – FEDERATION des EPL – Conséquences des ordonnances sur la gouvernance de vos EPL

25 mars 2020 – Ordonnance relative à la prolongation de droits sociaux

25 mars 2020 – Ordonnance portant mesures d’urgence en matière de revenus de remplacement

25 mars 2020 – Ordonnance sur les conditions et modalités d’attribution de l’indemnité complémentaire 

25 mars 2020 – Ordonnance portant mesures d’urgence en matière de congés payés, de durée de travail et de jours de repos

25 mars 2020 – Ordonnance sur la publication des comptes et autres documents

25 mars 2020 – Ordonnance relative aux conditions financières de résolution de certains contrats de voyages touristiques et de séjours en cas de circonstances exceptionnelles et inévitables ou de force majeure

24 mars 2020 – MEDEF – Tableau comparatif des aides régionales 

24 mars 2019 – SYNTEC – Mesures et point de situation

23 mars 2020 – RACINE AVOCATS – la Commission met en place un cadre spécial pour faciliter les aides d’État et prend ses premières décisions

19 mars 2020 – MINISTÈRE DE L’ECONOMIE – Mesures pour les entreprises

16 mars 2020 – MEDEF – Flash info – Mesures pour les entreprises 

2 mars 2020 – MINISTÈRE DE L’ECONOMIE/DGE – Accompagnement des entreprises19 mars 2021 – MEDEF – Flash Info 16 mars 2021 – Quels dispositifs de soutien pour quelles entreprises ? Nouvelle restrictions sanitaires ?

4 juin 2021 – Décret n° 2021-674 du 28 mai 2021 relatif à l’activité partielle et au dispositif spécifique d’activité partielle en cas de réduction d’activité durable

4 mai 2021 – MEDEF – Flash Info – Evolution de l’activité partielle au 30 avril 2021 – Tableau

4 mai 2021 – Décret n° 2021-509 du 28 avril 2021 relatif aux taux de l’allocation d’activité partielle
Le texte prolonge jusqu’au 31 mai 2021 les dispositions actuellement en vigueur relatives aux taux de l’allocation d’activité partielle. Il adapte également la liste des secteurs d’activité qui bénéficient d’un taux majoré d’allocation d’activité partielle mentionnés dans l’annexe 2 du décret n° 2020-810 du 29 juin 2020 modifié portant modulation temporaire du taux horaire de l’allocation d’activité partielle.

6 avril 2021 – Décret n° 2021-348 du 30 mars 2021 relatif aux taux de l’allocation d’activité partielle
Le texte prolonge jusqu’au 30 avril 2021 les dispositions actuellement en vigueur relatives aux taux de l’allocation d’activité partielle. Il adapte également la liste des secteurs d’activité qui bénéficient d’un taux majoré d’allocation d’activité partielle mentionnés dans l’annexe 2 du décret n° 2020-810 du 29 juin 2020 modifié portant modulation temporaire du taux horaire de l’allocation d’activité partielle.

1er mars 2021 – INFODOC EXPERTS – Poursuite de l’activité partielle au-delà de 12 mois – Que faut-il faire ?

1er mars 2021 – Décret n° 2021-221 du 26 février 2021 modifiant le décret n° 2020-1316 du 30 octobre 2020 relatif à l’activité partielle et au dispositif d’activité partielle spécifique en cas de réduction d’activité durable – Le texte diffère au 1er avril 2021 la baisse du taux de l’indemnité d’activité partielle versée au salarié à 60% de sa rémunération antérieure brute. Il diffère également au 1er juillet 2021 la réduction de la durée maximum de l’autorisation d’activité partielle.

19 février 2021 – MEDEF – Flash Info – Activité partielle : les ajustements actés et à venir pour faire face à la situation sanitaire

12 février 2021 – Ordonnance n° 2021-136 du 10 février 2021 portant adaptation des mesures d’urgence en matière d’activité partielle
Cette ordonnance prévoit la possibilité d’appliquer un taux d’allocation majoré pour les entreprises appartenant à un secteur protégé qui subissent une très forte baisse de chiffre d’affaires.

Il s’agit d’instituer, au sein des secteurs protégés, une catégorie d’entreprises qui continuera à bénéficier d’une prise en charge à 100 % au-delà du 1er mars 2021, à savoir les entreprises les plus en difficulté qui subissent une perte de chiffre d’affaires d’au moins 80 % selon un projet de décret qui devrait paraître dans les prochains jours. Ce dispositif sera effectif au 1er mars 2021 et jusqu’à une date fixée par le décret attendu, et au plus tard le 30 juin 2021.

12 février 2021 – Ordonnance n° 2021-135 du 10 février 2021 portant diverses mesures d’urgence dans les domaines du travail et de l’emploi
L’ordonnance étend, jusqu’au 31 décembre 2021, la possibilité pour le gouvernement de moduler la prise en charge de l’activité partielle en fonction des secteurs d’activité et des caractéristiques des entreprises. Jusqu’alors, la modulation de l’activité partielle n’était ouverte que jusqu’au 30 juin 2021. Ainsi, si la situation sanitaire l’exigeait, le gouvernement pourrait jusqu’à la fin de l’année 2021 prendre de nouveaux décrets pour modifier les niveaux de prise en charge.

2 février 2021 – MEDEF – Flash Info – Activité partielle : mise à jour des listes des secteurs protégés et prolongation du dispositif actuel jusqu’au 28 février

2 février 2021 – Décret n° 2021-70 du 27 janvier 2021 modifiant le décret n° 2020-810 du 29 juin 2020 portant modulation temporaire du taux horaire de l’allocation d’activité partielle
Ce décret  met à jour les listes des secteurs protégés dont les entreprises peuvent bénéficier d’une majoration d’allocation d’activité partielle. 

2 février 2021 – Décret n° 2021-88 du 29 janvier 2021 modifiant le décret n° 2020-1316 du 30 octobre 2020 modifié relatif à l’activité partielle et au dispositif d’activité partielle spécifique en cas de réduction d’activité durable

2 février 2021 – Décret n° 2021-89 du 29 janvier 2021 modifiant le décret n° 2020-810 du 29 juin 2020 portant modulation temporaire du taux horaire de l’allocation d’activité partielle et le décret n° 2020-1786 du 30 décembre 2020 relatif à la détermination des taux et modalités de calcul de l’indemnité et de l’allocation d’activité partielle
Ces deux décrets confirment la prolongation du dispositif actuel jusqu’au 28 février 2021

13 janvier 2021 – MEDEF – Flash Info – Activité   partielle – décrets du 24 et du 30 décembre réformant le dispositif d’activité partielle

12 janvier 2021 – Décret n° 2020-1786 du 30 décembre 2020 relatif à la détermination des taux et modalités de calcul de l’indemnité et de l’allocation d’activité
partielle

12 janvier 2021 – Décret n° 2020-1681 du 24 décembre 2020 relatif à l’activité partielle
Les salariés des entreprises relevant de secteurs particulièrement touchés par la crise continueront de percevoir une indemnité égale à 70% de leur rémunération brute antérieure jusqu’au 31 mars 2021. Les salariés des entreprises fermées sur décision administrative continueront de percevoir une indemnité égale à 70% de leur rémunération brute antérieure jusqu’au 30 juin 2021.

12 Janvier 2021 – Ordonnance n° 2020-1639 du 21 décembre 2020 portant mesures d’urgence en matière d’activité partielle

22 décembre 2020 – Décret n° 2020-1628 du 21 décembre 2020 relatif à l’activité partielle

21 décembre 2020 – Ordonnance n° 2020-1639 du 21 décembre 2020 portant mesures d’urgence en matière d’activité partielle

3 novembre 2020 – MEDEF – Flash Info – Activité partielle – Les trois décrets publiés au JO du 31 octobre 2020

2 novembre 2020 – Décret n° 2020-1319 du 30 octobre 2020 relatif à l’activité partielle
Ce décret complète la liste S1bis (annexe 2 du décret n° 2020-810 du 29 juin 2020) des «activités de sécurité privée » et « nettoyage courant des bâtiments ».

20 octobre 2020 – Ordonnance n° 2020-1255 du 14 octobre 2020 relative à l’adaptation de l’allocation et de l’indemnité d’activité partielle
Cette ordonnance prolonge jusqu’au 31 décembre le régime de l’allocation partielle redéfini par l’ordonnance du 24 juin 2020
Voir – Ordonnance n° 2020-770 du 24 juin 2020 relative à l’adaptation du taux horaire de l’allocation d’activité partielle actualisée au 20 octobre 2020

8 octobre 2020 – Rappel – Annexes S1 et S2 – Secteurs protégés – Activité partielle – Prise en charge à 100% de l’allocation d’activité partielle versée au salarié

L’indemnité au titre de l’activité partielle sera prise en charge à 100 % par l’État et l’Unédic, jusqu’à la levée de la fermeture, soit 100 % du salaire net pour les salariés au SMIC et 84 % environ du net dans la limite de 4,5 SMIC, jusqu’au 31 décembre 2020.
Voir – Décret n° 2020-810 du 29 juin 2020 portant modulation temporaire du taux horaire de l’allocation d’activité partielle

30 juin 2020 – Décret n° 2020-810 du 29 juin 2020 portant modulation temporaire du taux horaire de l’allocation d’activité partielle
Qui continue de bénéficier de la prise en charge à 100% de l’allocation d’activité
partielle versée au salarié et pour quelle durée ?
Voir – UNIMEV – Note de synthèse sur le champ d’application de la prise en charge à hauteur de 100% par l’Etat de l’indemnité d’activité partielle versée au salarié
Voir – Modèle de lettre Direccte 
Voir – Mémo UNIMEV 

25 juin 2020 – GOUVERNEMENT – Compte rendu du Conseil des ministres
Depuis le 1er juin, les règles sont les suivantes, afin d’accompagner la reprise d’activité :
– l’indemnité versée au salarié est inchangée : pendant l’activité partielle, il perçoit 70 % de sa rémunération brute (environ 84 % du salaire net), et au minimum le SMIC net ;
– la prise en charge de cette indemnité par l’État et l’Unédic est de 85 % de l’indemnité versée au salarié, dans la limite (inchangée) de 4,5 SMIC. Les entreprises sont ainsi remboursées de 60 % du salaire brut, au lieu de 70 % précédemment ;

– les secteurs du tourisme, de l’hôtellerie, de la restauration, du sport, de la culture, du transport aérien et de l’événementiel ainsi que les entreprises de secteurs connexes ayant subi une très forte baisse d’activité continuent de bénéficier d’une prise en charge à 100 % de l’indemnité versée aux salariés jusque fin septembre.

25 juin 2020 – Ordonnance n° 2020-770 du 24 juin 2020 relative à l’adaptation du taux horaire de l’allocation d’activité partielle

14 mai  2020 – GOUVERNEMENT – Mesures annoncées par le PM à l’issue du 5e Comité interministériel du Tourisme – Communiqué de presse 

13 mai 2020 – MINISTÈRE DU TRAVAIL – Actualisation – Questions/réponses sur l’activité partielle

4 mai 2020 – OPCO ATLAS – Fiche essentielle FNE Formation

21 avril 2020 – MINISTERE DU TRAVAIL – FAQ FNE-Formation

30 avril 2020 – SYNTEC – Bascule en activité partielle des salariés en arrêts maladie spécifiques au Covid-19 au 1er mai 2020

28 avril 2020 – DERRIENNIC AVOCATS – Sabine SAINT-SANS – L’arrêt de travail dérogatoire mis lui aussi…au chômage partiel

3 avril 2020 – MINISTÈRE DE L’ECONOMIE – Dispositif exceptionnel d’activité partielle

29 mars 2020 – MINISTÈRE DU TRAVAIL – Questions/réponses sur les condition de recours à l’activité partielle

27 mars 2020 – Ordonnance portant mesures d’urgence en matière d’activité partielle 

26 mars 2020 – SYNTEC – Recours à l’activité partielle

26 mars 2020 – SYNTEC – Formes possibles de l’activité partielle

26 mars 2020 – SYNTEC – Entreprises et salariés pouvant en bénéficier

26 mars 2020 – SYNTEC – Demande d’autorisation de recours à l’activité partielle

25 mars 2020 – Décret relatif à l’activité partielle 

25 mars 2020 – URSSAF et CGSS – Formulaire d’aide financière exceptionnelle

24 mars 2020 – MINISTÈRE DU TRAVAIL – Éligibilité à l’activité partielle

24 mars 2020 – MINISTÈRE DE L’INTÉRIEUR – Modèle d’attestation de déplacement professionnel

20 mars 2020 – MINISTÈRE DU TRAVAIL – Activité partielle et démarches

16 mars 2020 – MEDEF – Recours à l’activité partielle 

2 mars 2020 – DGEPF – Activité partielle et coronavirus

1er juin 2021 – MEDEF – Flash Info – Fonds de solidarité – Critères d’accès pour mai 2021

12 mai 2021 – MEDEF – Flash Info – Fonds de solidarité : critères d’accès et
montants pour février, mars et avril 2021

12 avril 2021 – Décret n° 2021-422 du 10 avril 2021 relatif à l’adaptation au titre du mois de mars 2021 du fonds de solidarité à destination des entreprises particulièrement touchées par les conséquences de l’épidémie de covid-19 et des mesures prises pour limiter cette propagation
Le décret crée un nouveau régime pour les entreprises interdites d’accueil du public durant une partie du mois de mars (aide plafonnée soit à 1 500 euros en cas de perte de chiffre d’affaires entre 20 et 50 % ; soit à 10 000 € ou égale à 20 % du chiffre d’affaires de référence en cas de perte de chiffre d’affaires supérieure à 50 %).
Une nouveauté par rapport au régime mis en place pour le mois de février : le texte gèle le choix de la référence de chiffre d’affaires en fonction du choix réalisé par les entreprises au titre du mois de février 2021.

23 mars 2021 – MINISTERE DE L’ÉCONOMIE – Fonds de solidarité : le formulaire de février est en ligne
Depuis le 15 mars 2021, les entreprises éligibles à l’aide du fonds de solidarité au titre du mois de février 2021 peuvent en faire la demande par voie dématérialisée sur le site impots.gouv.fr.

Rappelons que, pour faire leur demande d’aide, les entreprises doivent se connecter à leur espace particulier (et non sur leur espace professionnel habituel) où elles trouveront dans leur messagerie sécurisée, sous « Écrire », le motif de contact « Je demande l’aide aux entreprises fragilisées par l’épidémie Covid-19 ». La demande doit être accompagnée des justificatifs exigés, notamment une déclaration sur l’honneur attestant que l’entreprise remplit les conditions nécessaires et l’exactitude des informations déclarées. La demande doit être déposée au plus tard le 30 avril 2021.

11 mars 2021 – Décret n° 2021-256 du 9 mars 2021 relatif au fonds de solidarité à destination des entreprises particulièrement touchées par les conséquences économiques, financières et sociales de la propagation de l’épidémie de covid-19 et des mesures prises pour limiter cette propagation
Le décret précise les critères d’accès au fonds de solidarité pour février 2021 – Innovation pour le secteur de l’événementiel : il ajoute un critère de perte de chiffre d’affaires d’au moins 20 % en février 2021 pour les entreprises interdites au public.

11 mars 2021 – MEDEF – Flash Info – Fonds de solidarité – Critères d’accès pour février 2021

22 février 2021 – IMPOTS.GOUV – Fonds de solidarité pour les entreprises, indépendants, entrepreneurs – Comment en faire la demande ?
L’établissement du formulaire se fait à partir d’un compte « espace particulier », même pour les entreprises.

3 février 2021 – SERVICE PUBLIC.FR – Fonds de solidarité pour une entreprise touchée par les effets du Coronavirus

29 janvier 2021 – Décret n° 2021-79 du 28 janvier 2021 relatif au fonds de solidarité à destination des entreprises particulièrement touchées par les conséquences économiques, financières et sociales de la propagation de l’épidémie de covid-19 et des mesures prises pour limiter cette propagation
Le décret prévoit, pour les entreprises exerçant dans un secteur mentionné à l’annexe 2 (liste dite S1bis), une aide complémentaire au titre du mois de décembre 2020. Ces entreprises, perdant au moins 70 % de leur chiffre d’affaires, auront le droit à une indemnisation couvrant 20 % de leur chiffre d’affaires 2019 dans la limite de 10 000 euros par mois par entreprise, avec un plafond de 200.000 euros pour les groupes.

Voir – version consolidée du décret n° 2020-371 du 30 mars 2020 
Voir –  UNIMEV – Fonds de solidarité – décret du 29 janvier – note de synthèse

28 janvier 2021 – MEDEF – Flash Info – Fonds de solidarité  – critères d’accès et montants pour novembre et décembre 2020

21 janvier 2021 – UNIMEV – Fonds de solidarité – Les modifications à venir pour l’aide de décembre

18 janvier 2021 – IMPOTS.GOUV – Fonds de solidarité – Le formulaire de demande de l’aide au titre du mois de décembre 2020 est disponible en ligne depuis le 15 janvier 2021 – La demande doit être déposée au plus tard le 28 février 2021

18 janvier 2021 – Décret n° 2021-32 du 16 janvier 2021 relatif au fonds de solidarité à destination des entreprises particulièrement touchées par les conséquences économiques, financières et sociales de la propagation de l’épidémie de covid-19 et des mesures prises pour limiter cette propagation

5 janvier 2021 – Décret n° 2020-1787 du 30 décembre 2020 relatif à l’aide exceptionnelle accordée aux entreprises accueillant du public au titre des congés payés pris par leurs salariés entre le 1er et le 20 janvier 2020

Le texte met en place l’aide exceptionnelle, financée par l’Etat, dont peuvent bénéficier des entreprises dont l’activité principale implique l’accueil du public et qui n’ont pu l’accueillir du fait de la propagation de l’épidémie en application d’une obligation légale ou réglementaire ou d’une décision administrative, ou ayant subi une très forte baisse du chiffre d’affaires lors des périodes d’état d’urgence sanitaire

Voir – Site du ministère de la Santé

5 janvier 2021 – DGFIP – Fonds de solidarité – Comment déposer une demande d’aide exceptionnelle ? – maj 20 novembre 2020

21 décembre 2020 – Décret n° 2020-1620 du 19 décembre 2020 relatif au fonds de solidarité à destination des entreprises particulièrement touchées par les conséquences économiques, financières et sociales de la propagation de l’épidémie de covid-19 et des mesures prises pour limiter cette propagation
Voir – Note Unimev

5 janvier 2021 – Décret n° 2020-1787 du 30 décembre 2020 relatif à l’aide exceptionnelle accordée aux entreprises accueillant du public au titre des congés payés pris par leurs salariés entre le 1er et le 20 janvier 2020
Le texte met en place l’aide exceptionnelle, financée par l’Etat, dont peuvent bénéficier des entreprises dont l’activité principale implique l’accueil du public et qui n’ont pu l’accueillir du fait de la propagation de l’épidémie en application d’une obligation légale ou réglementaire ou d’une décision administrative, ou ayant subi une très forte baisse du chiffre d’affaires lors des périodes d’état d’urgence sanitaire
Voir – Site du ministère de la Santé

5 janvier 2021 – DGFIP – Fonds de solidarité – Comment déposer une demande d’aide exceptionnelle ? – maj 20 novembre 2020

21 décembre 2020 – Décret n° 2020-1620 du 19 décembre 2020 relatif au fonds de solidarité à destination des entreprises particulièrement touchées par les conséquences économiques, financières et sociales de la propagation de l’épidémie de covid-19 et des mesures prises pour limiter cette propagation
Voir – Note Unimev

3 novembre 2020 – Décret n° 2020-1328 du 2 novembre 2020 relatif au fonds de solidarité à destination des entreprises particulièrement touchées par les conséquences économiques, financières et sociales de la propagation de l’épidémie de covid-19 et des mesures prises pour limiter cette propagation
Voir – Note Unimev Listes S1 et S1bis
Voir – Note Unimev Fds

3 novembre 2020 – MINISTÈRE DE L’ÉCONOMIE – Mesures d’urgence économiques dans le cadre du confinement

10 octobre 2020 – MINISTÈRE DE L’ÉCONOMIE – Évolution du fonds de solidarité et élargissement de l’accès au plan tourisme

9 octobre 2020 – MEDEF – Flash info – COVID-19 – Elargissement des secteurs d’activité aidés dans le cadre du plan tourisme et évolution du fonds de solidarité
L’accès au plan tourisme, ouvert aux entreprises et associations des secteurs cafés, hôtellerie, restauration, tourisme, événementiel, sport et culture, est élargi à de nouveaux bénéficiaires qui ont une activité fortement liée au tourisme ou à l’événementiel. Les listes S1 et S1 bis sont ainsi complétées de 31 secteurs d’activité, dont : artisans des foires et salons, activité de sécurité privée, aménagement lieux de vente (sous activité « montage de stands »), fabrication/distribution de matériels scéniques, audiovisuels et événementiels, activité immobilière spécifique à l’événementiel, transport spécialisé pour des opérations événementielles, sociétés du numérique spécialisés pour les activités événementielles…

8 septembre 2020 – GOUVERNEMENT – Communiqué de presse –  Evolution du fonds de solidarité et élargissement de l’accès au plan tourisme 

31 mars 2020 – GOUVERNEMENT – Décret relatif au Fonds de solidarité

31 mars 2020 – MINISTÈRE DE L’ECONOMIE – Le Fonds de solidarité – Quelles démarches pour quelles entreprises ?

31 mars 2020 – CPME – Le Fonds de solidarité à destination des entreprises18 janvier 2021 – Décret n° 2021-32 du 16 janvier 2021 relatif au fonds de solidarité à destination des entreprises particulièrement touchées par les conséquences économiques, financières et sociales de la propagation de l’épidémie de covid-19 et des mesures prises pour limiter cette propagation

5 mai 2021 – DIRECTION DE LA SÉCURITE SOCIALE – Instruction interministérielle n° DSS/5B/SAFSL/2021/53 du 5 mars 2021 relative aux modalités d’application des mesures concernant les cotisations et contributions sociales des entreprises, travailleurs indépendants et artistes-auteurs affectés par la crise sanitaire

4 mai 2021 – MEDEF – Flash Info – Covid-19 – Vers une prolongation des exonérations de charges et aide au paiement URSSAF en mars et avril 2021 – 30 avril 2021

20 avril 2021 – Instruction interministérielle N° DSS/5B/SAFSL/2021/53 du 5 mars 2021 relative aux modalités d’application des mesures concernant les cotisations et contributions sociales des entreprises, travailleurs indépendants et artistes-auteurs affectés par la crise sanitaire, prévues à l’article 65 de la loi n° 2020-935 du 30 juillet 2020 de finances rectificative pour 2020 et à l’article 9 de la loi n° 2020-1576 du 14 décembre 2020 de financement de la sécurité sociale pour 2021.
Cette instruction du 5 mars 2021, publiée début avril 2021, précise les modalités d’application des dispositifs d’exonération et d’aide au paiement des cotisations et contributions sociales applicables aux entreprises, travailleurs indépendants et artistes-auteurs affectés par la crise sanitaire.

Sur le plafonnement à 1,8 M€ du montant des dispositifs d’exonération et d’aide au paiement – voir p.23

15 avril 2021 – Décret n° 2021-430 du 12 avril 2021 relatif à la prolongation des mesures concernant les cotisations et contributions sociales des entreprises et travailleurs indépendants prévues par l’article 9 de la loi n° 2020-1576 du 14 décembre 2020 de financement de la sécurité sociale pour 2021
Le plafonnement des aides de minimis est porté à 1,8M€.
Le décret prolonge l’application des dispositifs d’exonération et d’aide au paiement des cotisations et contributions sociales, prévus par l’article 9 de la loi de financement de la sécurité sociale pour 2021 pour les employeurs et travailleurs indépendants relevant de certains secteurs dont l’activité est particulièrement affectée par la crise sanitaire, aux périodes d’emploi des mois de janvier et février 2021.

30 mars 2021 – Décret n° 2021-316 du 25 mars 2021 relatif aux dispositifs de plans d’apurement et de remises partielles des dettes de cotisations et contributions sociales constituées dans le cadre de la crise sanitaire
L’article 65 de la loi n° 2020-935 du 30 juillet 2020 de finances rectificative pour 2020 a mis en place des dispositifs exceptionnels de plans d’apurement et de remise partielle de dettes de cotisations et contributions sociales.
Le décret fixe les conditions auxquelles les organismes de recouvrement pourront proposer aux cotisants, employeurs et travailleurs indépendants, des plans d’apurement des passifs constitués pendant la crise sanitaire en incluant, le cas échéant, les dettes antérieures, et les modalités de conclusion de ces plans.
Il prévoit les cas dans lesquels un plan d’une durée identique à celle accordée par l’administration fiscale est accordé aux redevables également débiteurs de cotisations sociales.
Il définit les conditions dans lesquelles pourront être acceptées des demandes de remise partielle de dettes formulées par les employeurs de moins de 250 salariés ne bénéficiant pas des dispositifs d’exonération et d’aide au paiement et par les travailleurs indépendants y compris agricoles ne bénéficiant pas du dispositif de réduction des cotisations et contributions de sécurité sociale, lorsqu’ils ne sont pas en mesure de faire face aux échéances de leurs plans d’apurement et s’ils ont subi une baisse importante de leur chiffre d’affaires pendant la crise sanitaire.

19 mars 2021 – LEGISOCIAL – Exonération Covid : les précisions apportées par le décret du 27 janvier 2021
Les employeurs situés dont l’activité se situe dans les secteurs S1 ou S1 bis peuvent bénéficier des dispositifs d’exonération Covid et d’aide au paiement :
-pour les périodes d’emploi courant jusqu’au 31 décembre 2020 ;
-ou, pour les employeurs pour lesquels l’interdiction d’accueil du public aurait été prolongée au-delà de cette date, jusqu’au dernier jour du mois précédant celui de l’autorisation d’accueil du public.

8 mars 2021 – Décret n° 2021-75 du 27 janvier 2021 relatif à l’application des mesures
concernant les cotisations et contributions sociales des entreprises,
travailleurs indépendants et artistes-auteurs mentionnées à l’article 9 de la
loi n° 2020-1576 du 14 décembre 2020 de financement de la sécurité sociale pour
2021

21 janvier 2021 – UNIMEV – Exonération de cotisations sociales – Dispositifs Covid 1 et Covid 2

4 janvier 2021 – Loi n° 2020-1576 du 14 décembre 2020 de financement de la sécurité sociale pour 2021 – voir article 9

10 novembre 2020 – MEDEF – Flash Info – Nouveau dispositif exceptionnel d’exonération de  cotisations  sociales – Point à date

13 octobre 2020 – MINISTÈRE DE L’ÉCONOMIE – MINISTÈRE DES COMPTES PUBLICS – Visio-conférence avec les ministres Olivier DUSSOPT et Alain GRISET –  Aménagement des échéances fiscales et sociales pour les entreprises affectées par la crise sanitaire
– Rappel de la possibilité d’obtenir des plans d’étalement des dettes fiscales et sociales de 12 à 36 mois (slides 17 à 20)
– Rappel de la possibilité d’obtenir des remises partielles de dettes (slide 22)
– Nouvelles mesures (slides 24 à 26) pour les activités nouvellement contraintes qui prévoient des reports de cotisations sociales et de nouvelles exonérations de cotisations – le report du paiement de la taxe foncière de trois mois
– Extension du fonds de solidarité aux entreprises de moins de 50 salariés à de nouveaux secteurs (slide 26), avec une aide jusqu’à 10.000 euros par mois pour les activités fermées ou dont le CA a baissé d’au moins 70%. (champ : entreprises bénéficiaires du plan tourisme, c’est-à-dire des secteurs d’activité présents dans les listes S1 et S1 bis ; pour rappel, les entreprises des secteurs d’activité listés en S1 bis doivent avoir subi une baisse de chiffre d’affaires de 80% pendant le confinement pour bénéficier des dispositifs du plan de soutien tourisme).

15 octobre 2020 – MINISTÈRE DE L’ÉCONOMIE – Communiqué de presse 12 octobre 2020 – Mesure exceptionnelle de report du paiement des taxes foncières pour les entreprises touchées par les nouvelles mesures sanitaires

2 septembre 2020  – Loi n° 2020-935 du 30 juillet 2020 de finances rectificative pour 2020 – article 65 

2 septembre 2020 – Décret n° 2020-1103 du 1er septembre 2020 relatif aux cotisations et contributions sociales des entreprises, travailleurs indépendants et artistes-auteurs affectés par la crise sanitaire 

2 septembre 2020 – URSSAF – COVID-19 Mesures exceptionnelles de soutien à l’économie 

2 septembre 2020 – URSSAF – COVID-19 Mesures exceptionnelles de soutien à l’économie 
Dispositif d’exonération des cotisations patronales entre mars et mai 2020, reconduit jusqu’en août 2020 pour les entreprises de la filière de moins de 250 salariés

27 mars 2020 – CARLER AVOCATS – Synthèse des mesures prises par le Gouvernement en droit fiscal et droit des sociétés

17 mars 2020 – MEDEF – Q/R Charges sociales 

13 mars 2020 – MINISTÈRE DE L’ECONOMIE – Modalités de mise en œuvre

18 juin 2021 – GOUVERNEMENT – Foire aux Questions (FAQ) : aide dite « coûts fixes » instituée par le décret n°2021-310 du 24 mars 2021

25 mai 2021 – MEDEF – Compensation des coûts fixes : évolutions apportées par le décret du 20 mai 2021
Le décret n° 2021-625 du 20 mai 2021 vient modifier le décret n° 2021-310 du 24 mars 2021 instituant une aide visant à compenser les coûts fixes non couverts des entreprises dont l’activité est particulièrement affectée par l’épidémie de covid-19. Il crée notamment deux nouveaux régimes : l’aide coûts fixes saisonnalité et l’aide coûts fixes « groupe ».

25 mai 2021 – MEDEF – Compensation des coûts fixes : décryptage des critères d’accès et montants21 mai 2021 – Décret n° 2021-625 du 20 mai 2021 modifiant le décret n° 2021-310 du 24 mars 2021 instituant une aide visant à compenser les coûts fixes non couverts des entreprises dont l’activité est particulièrement affectée par l’épidémie de covid-19 et instituant une aide « coûts fixes » saisonnalité et une aide « coûts fixes » groupe

21 mai 2021 – Décret n° 2021-625 du 20 mai 2021 modifiant le décret n° 2021-310 du 24 mars 2021 instituant une aide visant à compenser les coûts fixes non couverts des entreprises dont l’activité est particulièrement affectée par l’épidémie de covid-19 et instituant une aide « coûts fixes » saisonnalité et une aide « coûts fixes » groupe

28 avril 2021 – MINISTÈRE DE L’ECONOMIE – Compensation des coûts fixes des entreprises – Détail complet de l’aide mis à jour le 14 avril 2021

26 mars 2021 – MINISTÈRE DE L’ÉCONOMIE – Compensation des coûts fixes – FAQ et fiche de calcul

2 avril 2021 – MEDEF – Flash Info 31 mars 2021 – Quelles dispositifs de soutien pour quelles entreprises ?

25 mars 2021 – Décret n° 2021-310 du 24 mars 2021 instituant une aide visant à compenser les coûts fixes non couverts des entreprises dont l’activité est particulièrement affectée par l’épidémie de covid-1
Une aide complémentaire au fonds de solidarité est créée pour compenser le poids des charges fixes des entreprises de taille moyenne. Elle est ouverte, dans l’événementiel, aux entreprises des secteurs S1 et S1bis ayant déjà bénéficié de l’aide du Fonds de solidarité, réalisant plus de 1 million d’euros de chiffre d’affaires mensuel et ayant enregistré une perte de CA plus de 50%. Elle peut couvrir, dans la limite de 10 millions d’euros, 70 % des charges fixes non couvertes par les contributions aux recettes déjà versées.
voir – UNIMEV – Tableau de synthèse du texte du décret
voir – ADVIZEM – Tutto-Rapido – Tuto de rappel sur les SIG et la notion d’EBE

12 mars 2021 – MINISTÈRE DE L’ÉCONOMIE – Prise en charge des coûts fixes – Communiqué de presse 10 mars 2021 – Le dispositif de prise en charge des coûts fixes sera opérationnel pour les entreprises à partir du 31 mars 2021 

Prêts participatifs Relance
28 avril 2021 – LE FIGARO.FR 26 avril 2021 – L’État débloque 11 milliards d’euros de prêts participatifs pour accélérer la relance

16 mars 2021 – MINISTÈRE DE L’ÉCONOMIE – Prêts participatifs Relance – CP 4 mars 2021 – Bruno Le Maire a présenté les prêts participatifs Relance et les obligations Relance pour soutenir l’investissement des PME et ETI françaises

16 mars 2021 – MINISTÈRE DE L’ÉCONOMIE – Prêts participatifs Relance – Dossier de presse 4 mars 2021 – Renforcer le bilan des entreprises pour la relance : présentation des prêts participatifs Relance et des obligations Relance

Prêts garanties par l’Etat – PGE
21 janvier 2021 – UNIMEV – PGE – Pas de remboursement avant 2 ans

24 avril 2020 – FÉDÉRATION BANCAIRE FRANCAISE – Infographie des étapes clés du PGE

24 avril 2020 – BPI – Tableau récapitulatif des aides en régions

31 mars 2020 – MINISTÈRE DE L’ECONOMIE – FAQ Prêt garanti par l’Etat 

25 mars 2020 – MINISTÈRE DE L’ECONOMIE – Procédures d’obtention d’un prêt garanti par l’Etat

25 mars 2020 – MINISTÈRE DE L’ECONOMIE – Caractéristiques du prêt garanti par l’Etat

25 mars 2020 – MINISTÈRE DE L’ECONOMIE – Q/R prêt garanti par l’Etat

24 mars 2020 – CPME – Garantie de l’Etat aux établissements de crédits et sociétés de financement

23 mars 2020 – Arrêté accordant la garantie de l’Etat aux établissements de crédit et sociétés de financement 

3 mars 2020 – BPI – Mesures de soutien

rEPRISE DES ÉVÉNEMENTS

Liste actualisée 
des événements annulés/reportés

Liste actualisée
des initiatives et solutions innovantes