Publié le 16/11/2018

Nathalie Guichard, Journaliste et Animatrice d'événement a accepté d'animer la seconde édition des États Généraux de l'Événement qui se déroulera le 28 novembre à 14h sur le salon Heavent Paris à Paris Expo Porte de Versailles.

Parlez-nous un peu de vous et de votre parcours

Eprise de scène depuis mes 1ers pas à travers la danse et le théâtre, surmontant une profonde timidité,
j’avais à cœur d’expérimenter mon sens de la communication en public et ce que je pouvais apporter aux autres.

N’osant pas affirmer mon goût pour un métier de représentation, j’ai entrepris des études dans un autre domaine qui me plaisait : le design d’espace.

Après un début de carrière en tant qu’architecte d’intérieur et scénographe d’espaces publics et commerciaux, j’ai été choisie par le groupe événementiel mondial GL EVENTS pour commercialiser une nouvelle offre de location de mobilier dédiée à sa clientèle pointue.

Par la suite, j’ai été Responsable Commercial et Marketing France au sein du groupe européen BOEMER, parcourant ainsi les salons et événements à travers l’Europe.

Passionnée par l’expression en public autant que par la relation humaine, après avoir créé ma société de conseil en communication pour les professionnels de l’événement, j’ai de fil en aiguille fait place à ma vocation : je suis aujourd’hui présentatrice et animatrice.

Mettre en lumière avec vie les contenus, les intervenants… Captiver le public… Voici ma mission !

 

Quels sont pour vous les facteurs ou indicateurs de réussite d’animation d’événements ?

Les facteurs de réussite d’animation d’événement peuvent se résumer en un mot « la préparation » et se décliner en deux : « individuelle » et « collective » :

  • Avoir précisément compris le sujet, le contexte et les objectifs de l’organisateur
  • Avoir bien identifié à qui l’événement s’adresse.
  • S’être mis à la place de ce public pour conseiller les intervenants et optimiser leurs prises de parole en captant l’attention.

Plus on est préparé et en phase avec les intervenants, plus l’animation paraît fluide… et les éventuels aléas propres à l’événement peuvent être transformés en bonus !

Je considère que les meilleurs indicateurs d’une animation d’événement réussie sont :

  • Chacun est content, a passé un bon moment et s’est senti considéré ! (C’est basique certes, mais essentiel !)
  • Un public qui a envie de rester, de poursuivre l’échange et de revenir.
  • Des intervenants satisfaits de leurs interventions.
  • Un organisateur dont les messages ont été bien passés
  • Quand l’animateur a contribué à créer ou renforcer le lien entre le public, les intervenants et les organisateurs. A relié ce qui s’est passé sur scène et en face.
  • Quand il a réussi à valoriser le travail réalisé « en coulisses » par tous.

L’animation d’événement réussie aura insufflé – même sur un sujet grave – un intérêt et une énergie positive

 

On parle souvent d’outils 2.0, comment définiriez-vous l’animation d’événements 2.0 ?

Elle regroupe pour moi les outils numériques qui décuplent les possibilités d’embarquer le public dans l’événement, de l’immerger dans l’univers créé, ou encore de le sensibiliser à la cause, de le faire se rencontrer…

Les outils digitaux qui accompagnement les intervenants pour rendre le propos captivant.

Les outils virtuels avec lesquels l’animateur peut jouer pour dynamiser le déroulé.

Dans l’animation 2.0 d’événement, ces personnes sont les maitres du jeu.

Sinon, il s’agit d’une attraction indépendante de l’événement, d’une occupation de l’esprit clivant le participant dans un monde virtuel et déviant l’événement de ses objectifs.

Voilà ma définition… idéale !

 

Comment choisissez-vous vos projets et comment les préparez-vous ?

J’ai choisi d’animatrice généraliste parce que tous les sujets me rendent curieuse !
Ils me permettent d’apprendre plein de choses et attisent ma passion pour la présentation au public !
En dehors de projets portant sur des valeurs avec lesquelles je serais en désaccord, ou de demandes auxquelles je ne pourrais pas répondre de façon satisfaisante, tout événement m’intéresse parce qu’il fait vivre un moment chaque fois unique et privilégié avec les autres, qu’il soit informatif ou festif.

Pour les préparer, j’étudie le sujet, son contexte et ses enjeux.
J’échange avec l’agence et son client pour bien définir ce que les organisateurs attendent de l’événement : à qui vont-ils s’adresser ? Quels sont leurs objectifs ? Les messages prioritaires à faire retenir ?

Savoir qui seront les participants dirige la préparation. Cela cible les propos et structure le contenu tout en trouvant le ton pertinent.

Puis, j’accompagne les intervenants pour les mettre à l’aise et en valeur, pour leur permettre de capter l’attention du public, de s’exprimer de façon claire, vivante et adaptée à l’audience.

Mon rôle étant d’être le « liant » entre ce qui est présenté et le public, il s’agit d’être assez imprégnée du sujet même si je n’en suis pas experte, pour donner envie de découvrir ce qui va suivre et d’écouter ceux vont développer les sujets.

 

Pourquoi avoir choisis les États Généraux de l’Événement ?

J’ai été très heureuse qu’on me propose d’animer le grand événement du développement territorial par l’événement !

D’accueillir, ensemble réunis, les acteurs publics et politiques en charge du rayonnement des collectivités, les entreprises et les professionnels de l’événement.
Je vais devoir insuffler la dynamique pour relever LE challenge : une après-midi pour lancer main dans la main les grands changements de la nouvelle génération d’événements / foires / salons / congrès.

Ce rendez-vous sera une révélation, car ce que peut apporter un événement à l‘économie d’un territoire en France et à l’international est très sous-exploité et encore méconnu.

Pendant les États Généraux de l’Événement, vont être présentées pour la 1ère fois les études qui dévoilent le potentiel de développement généré par la filière telle qu’elle se repense aujourd’hui.

Alors, contribuer à rendre ce grand RDV convivial, constructif et vivant, à faire évoluer ensemble la filière pour développer l’activité de nos territoires… C’est un honneur ! Je vous en remercie et vais m’y atteler !

 

Quel serait votre projet idéal ? 

Ce serait le plus rébarbatif pour tous à priori…

Mais il oserait se délester de ce que l’on sait que le public ne va pas retenir via ce format, qui va l’ennuyer et le désintéresser.

Il utiliserait alors avec brio les outils de communication en amont et en aval, pour permettre de déconnecter pendant l’instant T et le vivre à 100% ensemble !

Il casserait les codes contre-productifs pour se focaliser sur la raison d’être de tout événement, qu’il soit festif ou sérieux : ce que l’on veut faire vivre à son public et ce qu’il en retient.

Ce leitmotiv peut tout transformer ! Je vois bien que pour les organisateurs, l’essence-même d’un projet est difficile à exalter. Cela demande en réalité beaucoup de créativité, d’audace, de ténacité afin que toute partie prenante donne de soi et joue le jeu vers l’objectif commun : embarquer les participants dans une parenthèse humaine unique.

Mon projet idéal est en fait un terme générique pour tout rassemblement que l’on pensait fastidieux, transformé en moment surprenant, captivant, vibrant puis retentissant en chacun pour longtemps !

Finalement, il serait pensé comme toute création qui nous a marqués : spectacle, film, histoire, chanson, chorégraphie…

J’ai plein plein plein d’idées et comme chaque projet est différent, elles ne cessent d’arriver ! Disons qu’il faudra pas mal d’organisateurs aussi altruistes que culottés pour leur donner vie !