LA PAROLE À JEAN-NICOLAS MANNONI, RESPONSABLE DES RELATIONS EXTÉRIEURES ET DES PARTENARIATS À L'ICD INTERNATIONAL BUSINESS SCHOOL

LA PAROLE À JEAN-NICOLAS MANNONI, RESPONSABLE DES RELATIONS EXTÉRIEURES ET DES PARTENARIATS À L'ICD INTERNATIONAL BUSINESS SCHOOL
Publié le 08/09/2017

Les SYT D’OR sont une excellente opportunité pour les jeunes de travailler sur des cas concrets.

Parlez-nous un peu de votre parcours :

 

J’ai fait une école de marketing en cinq ans, suivi d’un master en entreprenariat à Ecole de Management de Grenoble. En parallèle de mes études et après celles-ci, j’étais en charge de la logistique et de la commercialisation des produits dérivés chez Roland Garros pendant sept éditions.

 

Suite à cela, j’ai intégré le Bachelor de l’ICD. Au début je travaillais à temps partiel pour rendre des services et construire mon réseau. Petit à petit, le temps partiel s’est transformé en temps plein pour prendre mes fonctions actuelles de Responsable des relations extérieures et des partenariats.

 

Mes missions consistent à vendre l’employabilité des jeunes auprès des organisations professionnelles, des entreprises et de tout public susceptible de porter les candidatures des jeunes. Je m’occupe également de l’innovation au sein de l’école.

 

J’anime aussi l’Event Lab dont l’objectif est une immersion des étudiants dans les conditions réelles d’une agence événementielle. Les étudiants travaillent deux heures par jour toute la semaine sur des cas concrets. Chaque étudiant, avec son équipe composée de 4 à 5 étudiants, doit concevoir, produire et analyser trois événements par an comme par exemple l’ICD Golf Trophy produit chaque année. Cela représente donc un potentiel de 9 événements organisés par les étudiants sur une scolarité. Afin de faire découvrir des univers événementiels et des problématiques et dimensions d’événements différents, les étudiants se voient confier des dossiers différents à la complexité croissante. Ils devront dans le cadre de cette activité organiser des visites, des conférences, des colloques, des forums, des événements sportifs, des événements culturels, des afterworks, des séminaires dont certains à l’international et autres typologies d’événements pour des publics de 30 à 500 personnes.

 

 

Présentez-nous l’école :

 

L’ICD propose principalement un programme bac + 5 délivrant le grade de master et un programme bac+3 destiné aux jeunes souhaitant rentrer rapidement sur le marché de l’emploi. L’ICD International Business School a lancé en 2012 son programme spécialisé aux métiers de l’événementiel. C’est une spécialisation de notre programme bac+3 composée de quinze mois de cours, quinze mois de stage et cinq cent heures de pratique au sein de l’Event Lab (l’agence événementielle étudiante, dans laquelle travaillent tous les étudiants tout au long de leur cursus).

 

Cette formation innove avec le lancement, il y a deux ans, de l’Event Lab et le lancement en 2017 de l’Event Digital Factory, qui propose aux étudiants une formation complémentaire aux outils digitaux des métiers de l’événementiel.

 

Le programme a été construit avec le concours des professionnels, au travers du partenariat avec UNIMEV, et également avec le Conseil de Perfectionnement (présidé par Frédéric PITROU, Secrétaire Général d’UNIMEV), qui se tient tous les ans pour adapter les programmes en fonction des besoins exprimés par les entreprises présentes et représentatives du marché.

 

Le vœu de cette école est de conserver une taille humaine et d’être une formation d’excellence. Nous avons donc fait le choix de limiter les promotions à quarante étudiants. Notre objectif est de permettre aux étudiants de commercialiser, créer, produire et analyser un événement, de la phase amont jusqu’à sa finalité incluant la satisfaction des différents publics.

 

Depuis deux ans, la formation est ouverte en admission parallèle aux étudiants venant d’autres formations événementielles ou de formations connexes. Ils peuvent intégrer la deuxième ou troisième année. Le nombre de place est très limité et réservé à des profils très spécifiques.

 

 

Parlez-nous du projet lauréat : grandes lignes et accompagnement des étudiants :

 

Les SYT D’OR sont une excellente opportunité pour les jeunes de travailler sur des cas concrets. Ils permettent de revenir aux fondamentaux mais aussi de plancher sur des éléments très précis ou très stratégiques pour le développement d’une entreprise ou d’un événement.

C’est aussi un bon challenge inter-école qui nous permet de nous mesurer à nos confrères.

 

Tous nos étudiants ont travaillé sur le sujet, de la première à la dernière année. Nous avons fait le choix de ne pas travailler avec les étudiants sur l’élaboration de leur recommandation. Nous voulions être aussi équitable que possible et laisser libre court à leur créativité.

Un jury au sein de l’école a présélectionné les dossiers les plus compétitifs qui ont ensuite été soumis à l’équipe organisatrice des SYT D’OR.

 

Quand le projet lauréat a été annoncé pour la catégorie Bac +3, nous avons mis un point d’honneur à accompagner les étudiants sur la préparation de leur présentation. L’objectif était de déterminer les messages et les informations percutantes à faire passer pour justifier de la qualité du dossier. Nous avons prêté une attention particulière à la présentation visuelle, au choix des mots et au rythme. Cet exercice a permis que chaque mot soit maitrisé et correctement transmis. En tant que formateurs, notre but était bien sûr de permettre au projet et aux étudiants qui l’ont porté d’être appréciés à leur juste valeur.

 

 

Quel a été votre ressenti quand vous avez reçu ce prix ?

 

En tant qu’accompagnateur, c’était une grande fierté de voir ces jeunes arriver à ce résultat, d’autant plus que je les suis depuis leur arrivée à l’école. Au bout de trois ans, je suis très content de voir qu’ils sont maintenant considérés comme de vrais professionnels reconnus pour la qualité de leur recommandation. Ça donne de l’espoir pour la suite.

D’un autre côté, c’est aussi une reconnaissance pour l’école et pour la qualité de notre recrutement. Nous sommes heureux de voir qu’ils ont su convaincre un parterre de professionnels, d’abord au travers du jury et ensuite devant l’ensemble des participants à SYT - See You There.

 

Parole d’étudiant lauréat – Benjamin OGREN : « Ça m’a fait très plaisir ! D’autres personnes que nos professeurs nous ont félicité et ont reconnu notre travail et c’est très important pour nous. Être conviés à SYT – See You There nous a permis de rencontrer des professionnels et nous avons énormément appris. C’était une expérience très enrichissante ! »

 

 

Comment mettez-vous en valeur cette récompense ?

                                                       

D’abord en interne, le fait de communiquer auprès de nos étudiants et de toutes les parties prenantes de la formation : nos intervenants formateurs, l’équipe pédagogique, etc. Notre travail rencontre son objectif qui est de former des étudiants performants pour le marché de l’emploi.

 

En externe également, c’est un argument commercial pour inciter plus de jeunes à intégrer l’école. La communication qui a été faite par les trois associations organisatrices, par les professionnels et par les média spécialisés nous a également apporté de la visibilité. Nous avons tout intérêt à continuer à concourir !

 

C’est une source de motivation pour tout le monde. Notre méthode de qualification a suscité l’engouement de nos étudiants et développé leur esprit de compétition, tout le monde aime concourir et gagner.

 

Parole d’étudiant lauréat – Benjamin OGREN : « C’est quelque chose que je mets dans mon CV. Je pense que c’est un prix reconnu par les professionnels de l’événementiel. »

 

 

Quels sont les enseignements et les opportunités que vous tirez de cette édition des SYT D’OR ?

 

Moins on embrigade les étudiants, plus ils sont créatifs ! La phase de qualification libre nous a apporté une multiplicité des réponses qui étaient toutes très intéressantes et riches.

 

Nous continuerons la phase de qualification qui a créé un réel esprit de compétition que nous voulons entretenir. De la même façon, la liberté avec laquelle les étudiants abordent en premier le sujet est très importante pour nous. Par la suite, nous serons toujours là pour accompagner les étudiants dans la phase de préparation, c’est une formidable vitrine pour eux et il est important que cette présentation soit la plus réussie possible.

 

 

Quelles évolutions envisagez-vous pour cette formation ?  

 

Je vois deux aspects à cette question : les évolutions de métiers et l’évolution des apprenants.

 

Concernant l’évolution des métiers, l’école mène un travail avec le parterre de professionnels partenaires. Nous avons identifié différents sujets pour lesquels plusieurs projets sont en préparation ou en cours de lancement :

-L’Event Digital Factory qui permet aux étudiants de maîtriser l’ensemble de la palette digitale exploitée dans les métiers de l’événementiel ;

-Le sujet du durable : l’ISO 20121 est étudiée très précisément pour l’utiliser comme mode de fonctionnement au sein de l’agence événementielle étudiante (Event Lab) ;

-L’international : à compter de la rentrée 2017, les étudiants ont l’obligation d’effectuer un semestre à l’étranger.

 

Au sujet de l’évolution des apprenants, nous souhaitons répondre aux aspirations de cette nouvelle génération qui veut pratiquer. Pour cette raison, nous avons mis en place il y a deux ans, l’Event Lab qui petit à petit se voit renforcé par le temps que les étudiants y consacrent, par la complexité des dossiers confiés et des budgets attribués. Nous souhaitons offrir aux étudiants l’opportunité de faire leurs preuves et de développer leur esprit de curiosité et de compétition tout en leur apprenant à assumer leurs choix.