Publié le 01/03/2016

Nous formons les collaborateurs de demain ; en cela, nous participons à l’évolution du métier et à sa valorisation. Nous essayons de faire le lien entre les attentes du marché et les ambitions de nos étudiants. Cela participe également de notre satisfaction professionnelle : avec les années, nous sommes les témoins de l’épanouissement et de la progression du parcours de nos étudiants. Cela renforce ce sentiment d’être utiles à la filière.

L’Institut d’Administration des Entreprises de Lille (IAE Lille) est une composante de l’Université de Lille 1. Créé en 1956, l’IAE Lille accueille aujourd’hui plus de 2 300 étudiants dont 2000 in situ et recense plus de 25 000 diplômés. École universitaire de management, l’IAE Lille associe enseignements de qualité et échanges constants avec le monde de l’entreprise.

 

Cette école a reçu en juillet 2015 le Prix Écoles de la meilleure formation bac +3 pour sa licence professionnelle MPE Licence Professionnelle mention « Management des Organisation et Gestion de Projets », spécialité « Management de Projets Evénementiels ».

 

Rencontre avec Yannick SCHWAMBERGER et Maxime FRANÇOIS, Co-responsables de la formation

 

Rappelez-nous un peu votre projet

L’IAE Lille (qui fête ses 60 ans en 2016) est une école universitaire de management, certifiée QUALICERT, proposant des parcours diversifiés de formation dans l’ensemble des domaines liés à la gestion (finances, contrôle de gestion, ressources humaines, marketing, communication, …) à des niveaux licence, master et doctorat. Un tiers des effectifs étudiants s’inscrivent dans un dispositif d’alternance. Les deux tiers des cours sont assurés par des intervenants professionnels. Les liens avec le monde des entreprises sont permanents et étroits.

La licence professionnelle « Management de Projets Evénementiels » est habilitée depuis plus de dix ans par les autorités académiques. Les enseignements sont majoritairement effectués par des professionnels du secteur. Le taux de sélection (1/10) garantit une qualité globale de la promotion. Les formations d’origine des étudiants sont diversifiées : communication, marketing, commerce, tourisme, hôtellerie, …. Il y a possibilité de choix d’options ou de profilage différents selon les projets choisis par les étudiants. Les projets se font en situation réelle sur un mode micro-agence (cf. comenorday). Le parcours de formation comprend une formation aux premiers secours. Les 15 jours d’intégration sont consacrés à la visite de lieux réceptifs et de rencontres avec les professionnels locaux de l’événementiel.

Le futur diplômé pourra travailler dans le secteur de l’événementiel, des relations publiques, du marketing et de la communication des entreprises, organisations et collectivités territoriales. Il pourra exercer les métiers de chargé de projet événementiel (conception/production), chargé de communication interne/externe, chargé de relations publiques, chargé de relations presse, conseiller en communication (technique et stratégique), chargé d’affaires, …

 

Qu’est-ce qui était d’après vous vraiment différenciant ?

Deux aspects nous ont semblé avoir fait la différence auprès du jury, en tous cas, c’est plutôt la teneur des retours que nous avons pu avoir :

  • le premier élément est la place donnée au terrain, à l’expérience professionnelle à travers le mode projet. Notre volonté de mettre en pratique les compétences théoriques qui sont dispensées à nos étudiants se traduit par leur implication dans des projets événementiels, soit en lien avec des partenaires, soit dans une logique de production à travers l’association des étudiants et des diplômés de la formation (IAEvent). C’est dans cet esprit qu’est développé le projet du « Com’ en Or DAY », Journée de la Communication, du Marketing et de l’Événementiel en Nord de France, qui se tient le 8 mars prochain.
  • l’approche évolutive et prospective du métier, permise par la veille et les liens avec le monde professionnel, nous amène à développer et adapter une architecture de programme pédagogique en phase avec les attentes de la filière. Nous avons bien conscience que la boite à outil du chef de projet événementiel est de plus en plus exigeante (communication par la vidéo, digital et réseaux sociaux, modélisation 3D…), et qu’au delà de la capacité à cordonner, à assembler, à organiser, il est évident à notre sens qu’on lui demande de plus en plus de comprendre les enjeux stratégiques d’un événement pour l’acteur qui l’organise mais aussi d’être de capable de mesurer le retour sur investissement, les retombées de l’événement.

 

Quel a été votre ressenti d’avoir reçu ce prix ?

Nous avons ressenti l’octroi de ce prix comme un encouragement à poursuivre notre démarche. Au delà du fait d’obtenir une récompense prestigieuse, cela nous a confortés sur les choix effectués en termes de positionnement et de philosophie de la formation. Pour nous, il s’agissait en quelque sorte d’une approbation du monde professionnel venant certifier l’adéquation avec le marché de l’emploi de la filière et pouvant garantir une plus forte employabilité de nos diplômés.

 

Cette année, nous proposons aux élèves de répondre à un brief qu’en pensez-vous ?

C’est une bonne idée dans la mesure où répondre à une demande réelle d’un commanditaire place les étudiants dans une situation professionnalisante. Cela permet de les confronter à une demande d’un annonceur qui a ses enjeux stratégiques, un positionnement marketing, une politique de communication, ses exigences…

On peut considérer qu’il s’agit d’un mode d’évaluation permettant davantage d’impliquer les étudiants des formations plutôt que leurs directions. L’idée est moins d’auditer les formations, mais de mesurer ce que les étudiants sont capables de produire. Cela rejoint donc notre approche du mode projet, mais encore faut-il s’assurer que les conditions dans lesquelles cette recommandation est montée soient similaires pour les différents candidats, notamment en termes d’intégration de ce travail au cursus et d’accompagnement.

 

Votre parcours ?

Yannick SCHWAMBERGER : Maître de Conférences en Sciences de Gestion, spécialisé dans le domaine des Ressources Humaines, depuis 1999, à l’IAE Lille, j’y ai codirigé et dirigé plusieurs formations pendant 15 ans. Intervenant dans le dispositif de formation de la licence professionnelle « Event » depuis 2008, notamment en management d’équipe, mes expériences successives avec les différentes promotions m’ont incité à prendre la direction de cette Licence Pro Management de Projets Evénementiels en 2013. En effet, c’était avec plaisir que je retrouvais chaque année des nouveaux étudiants toujours impliqués, motivés et créatifs. Garant du protocole pédagogique, et en particulier du mode projet inscrit au cœur du dispositif, mon rôle de directeur des études est également de veiller à faire évoluer la formation en fonction des débouchés professionnels et de permettre aux étudiants de développer leur employabilité.

Maxime FRANÇOIS : après quelques expériences dans l’événementiel, j’ai ressenti il y a quelques années le besoin d’étoffer mes connaissances et d’élargir mes compétences, j’ai suivi la formation en 2008-2009. Puis, j’ai eu l’opportunité de travailler en tant que responsable événementiel et communication digitale pour l’IAE Lille et d’être associé à la direction de la formation. En charge plus particulièrement des relations avec les professionnels et des projets au sein du duo, je suis en lien fort avec le diplôme, notamment à travers la présidence d’IAEvent, l’association des étudiants et des diplômés de la filière événementielle. Je suis actuellement en cours de création d’une entreprise qui a vocation à proposer des prestations de conseil en ingénierie de contenus événementiels et à organiser des rencontres professionnelles.

 

Avez-vous le sentiment de participer à une filière ?

Tout à fait ! Nous formons les collaborateurs de demain ;  en cela, nous participons à l’évolution du métier et à sa valorisation. Nous essayons de faire le lien entre les attentes du marché et les ambitions de nos étudiants.

Cela participe également de notre satisfaction professionnelle : avec les années, nous sommes les témoins de l’épanouissement et de la progression du parcours de nos étudiants. Cela renforce ce sentiment d’être utiles à la filière.

D’ailleurs, notre appartenance à UNIMEV participe de ce sentiment de filière. Le travail de rassemblement et de représentation que fait la fédération est primordial. Depuis quelques années, nous avons le sentiment qu’il y a de grands progrès sur la visibilité de la filière, auprès des institutionnels et des décideurs bien sûr, mais également des cibles plus jeunes et plus grand public.

Nous participons chaque année au Congrès des Métiers de l’Événement qui illustre réellement la force du rassemblement.

Enfin, nous sommes ravis de constater que la fédération assure un vrai travail sur la professionnalisation des métiers, en soutenant des formations initiales, en proposant des formations continues, et en participant à l’évolution des métiers en eux-mêmes.

 

Nous remercions Maxime François et Yannick Schwamberger de leur disponibilité.